Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Dernier voyage en Elamia pour Erik Wietzel

Né en 1967, Erik Wietzel a publié du policier et du fantastique avant de s'essayer à la Fantasy avec une nouvelle nommée Bien-Etre, Travail Envié, une allégorie vertigineuse de la Shoah. C'est ensuite qu'il s'attaque à son Grand Œuvre, le cycle d'Elamia.

A l'occasion de la sortie de La Mère des Tourments, ultime tome de la trilogie, l'auteur a accepté de répondre aux questions de Fantasy.fr, ce qui lui a permit de nous expliquer à quel point Elamia l'a fait évoluer, que ce soit en tant qu'écrivain ou en tant qu'être humain...

Par Emmanuel Beiramar | 'Dernier voyage en Elamia pour Erik Wietzel
10 mai 2007 | Mis à jour 10 mai 2007
Dernier voyage en Elamia pour Erik Wietzel
Dernier voyage en Elamia pour Erik Wietzel
Dernier voyage en Elamia pour Erik Wietzel
Dernier voyage en Elamia pour Erik Wietzel
Dernier voyage en Elamia pour Erik Wietzel
Dernier voyage en Elamia pour Erik Wietzel
Dernier voyage en Elamia pour Erik Wietzel
Dernier voyage en Elamia pour Erik Wietzel

La trilogie d'Elamia est maintenant achevée. A quelles difficultés avez-vous dû faire face durant l'écriture des trois tomes ?

Je me suis trouvé en face de nombreux personnages et d’aussi nombreuses situations. Renouer tous les fils sans oublier quelqu’un en chemin n’a pas toujours été très évident !

Saviez-vous dès la première ligne comment allait se terminer l'histoire ?

Oui ! … et non. Je connaissais le sort de deux des principaux protagonistes et j’avais déterminé les changements majeurs. Pour le reste, j’ai laissé la place à l’inspiration quand une idée intéressante remettait en question ce que j’avais prévu.

Quel tome avez-vous préféré écrire ?

Certains passages du premier et tout le troisième. Le deuxième a par moment été un cauchemar : j’avais tellement d’éléments en main qu’il fallait constamment faire des choix de priorités et penser à ne pas griller trop de cartouches pour le dernier tome.

En tant qu'écrivain, de quelle manière pensez-vous avoir évolué depuis le début de la trilogie ?

Il y a sûrement des évolutions qui m’échappent mais j’ai eu le sentiment d’avoir progressé du côté des relations entre personnages. Dans La Mère des Tourments, les scènes d’action me sont venues plus naturellement. De manière plus générale, on m’a dit que j’étais plus concis de tome en tome sans perdre pour autant de pouvoir d’évocation. Ce qui me fait vraiment plaisir car parmi mes auteurs préférés figurent des maîtres de la concision, comme Richard Matheson ou Elmore Leonard.

Et en tant que personne ? Elamia vous a-t-il affecté ?

Oui, forcément. Tant de temps passé avec cette histoire… Je travaille dessus depuis 2001 je crois ! Ces personnages ont fait parti de ma vie durant de longs mois, même quand je n’écrivais pas. Il fallait trouver des solutions et repousser Otum qui avait la mauvaise manie d’entrer sans frapper, la nuit surtout. (Rires) Sérieusement, pour la première fois de ma vie j’ai rencontré mes lecteurs, à travers les salons, les festivals, les signatures en librairie… Pour moi, ça a été l’une des plus belles récompenses de ces heures d’écriture en solitaire.

Vous avez passé plusieurs années à explorer ce monde. En partir a-t-il été difficile, voire douloureux ?

Difficile à quitter ? Non, ce qui l’a été, c’est de l’explorer ! Je savais que ce serait long et j’ai toujours eu peur de manquer de matière pour nourrir l’histoire, trouver des rebondissements assez nouveaux et assez excitants pour me donner envie d’aller plus loin et donner au lecteur la curiosité de commencer le tome suivant. Et puis, j’avais un faible pour l’impératrice Onahra… Mais je commence tout juste à ressentir l’effet de l’éloignement. Le plus dur sera dans quelques mois : le livre ne sera plus au rayon « nouveautés » et mon éditeur et toute son équipe auront d’autres chats à fouetter qu’écouter un écrivain en mal d’affection !

Golan Tark est un méchant haut en couleurs. Pourquoi avez-vous eu besoin de donner une menace encore plus importante à l'histoire ?

D’une part parce que j’en avais beaucoup dit sur Tark à la fin du deuxième tome. J’avais montré sa puissance, son ambition qui s’affranchit de la mort elle-même, mais j’avais aussi décrit ses faiblesses. D’autre part, j’aime beaucoup l’idée du méchant manipulateur, qui ne sait pas qu’il est lui-même le jouet d’une puissance qui le dépasse et ce depuis le début. C’est exactement le genre de surprise que j’aime trouver en tant que lecteur.

De quel personnage vous sentez-vous le plus proche ?

Jocquinius, Julipen et Litti. J’aime beaucoup passer du temps avec Otum et Iriane, mais aussi traîner en Galameh, cet au-delà qui ressemble à l’Enfer… Ça n’a pas l’air comme ça, mais je vous assure que c’est un endroit où passer ses vacances peut s’avérer très sympa.

Durant la phase d'écriture, un romancier est souvent confronté à des évènements qu'il n'avait pas prévu dans la trame de son récit. Pouvez-vous, sans déflorer le dernier tome, nous en citer quelques uns et nous expliquer comment vous avez géré leur arrivée ?

Je n’avais pas prévu la chute de Haut Temple et la disparition en une nuit de tous les magiciens, par exemple. Ça m’est tombé dessus si on peut dire au moment de la rédaction ; le lendemain je m’y collais. J’ai adoré ça, comme j’adore tous ces moments où on se surprend soi-même. Cette impression d’être le lecteur de son propre roman… Je pense qu’il ne faut pas hésiter à bousculer le plan prévu, quitte à ce qu’il se rappelle à votre bon souvenir vingt pages plus loin.

Si Elamia devait figurer sur un guide touristique, quel serait son slogan, sa phrase d'accroche ?

Ça, il faudrait le demander à mon éditeur ! Il est super fort pour ce genre de boulot !

Questions traditionnelles pour finir : Sur quoi travaillez-vous en ce moment ? Avez-vous des projets ?

Je travaille depuis près d’un an sur un thriller. Plein d’acteurs, de situations imbriquées… Je crois que j’ai du mal à me contenter d’un héros unique : il faut toujours qu’il en attire un paquet autour de lui ! Et bien sûr, tous ont un tas d’ennuis sur le dos et trimballent un nombre tout aussi ahurissant de casseroles… Sinon, j’espère retourner à la Fantasy bientôt : il me reste pas mal de mondes à explorer et de supers Bad Guys à éliminer !

Et si vous deviez convaincre un lecteur qui ne s'est pas encore intéressé à votre trilogie ?

"Ben alors, comment ça tu ne l’as pas lue ? File vite chez ton libraire préféré pour te le procurer… et ça marche aussi s’il n’est pas ton libraire préféré !" Si la menace ne fonctionne pas, je peux tenter la séduction : "je pense qu’on peut trouver dans la trilogie d’Elamia pas mal des ingrédients qui plaisent aux fans de fantasy… avec cette nuance, c’est que n’étant pas « issu » moi-même du fandom, j’ai ajouté à l’histoire des éléments, des personnages et des situations inhabituels". Enfin, c’est ce qu’on m’a dit !

Et auquel voudriez-vous le plus ressembler ?

Tormaga ! On dirait qu’elle s’est bien amusée dans le troisième tome, malgré 2.000 ans d’ennui. Mais surtout, elle a une telle confiance en soi… C’est la qualité dont j’aimerais le plus être doté. Bon, je ne sais pas si j’en ferais le même usage qu’elle, hein !
publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)