Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Goro parle de Terremer - 2ème partie

Suite (et fin) de l’interview de Goro Miyazaki. Dans cette seconde partie, le réalisateur des Contes de Terremer se prête au jeu du master class, face à un public venant d’assister à l’avant-première de son premier long-métrage d'animation. Il revient notamment sur la production du film, sur sa relation avec les animateurs et sur le futur ; aussi bien le sien que celui du studio Ghibli.
Par La Fantasy Team | 'Goro parle de Terremer - 2ème partie
12 avril 2007 | Mis à jour 12 avril 2007
Pages liées :Toutes les interviews
Goro parle de Terremer -  2ème partie
Goro parle de Terremer -  2ème partie
Goro parle de Terremer -  2ème partie
Goro parle de Terremer -  2ème partie
Goro parle de Terremer -  2ème partie

Avez-vous uniquement été réalisateur du film ou avez-vous participé aux dessins des personnages et des décors ?

J’ai dessiné tous les story-boards du film, après quoi je pensais en avoir terminé avec mes crayons. Mais je me suis rendu compte par la suite qu’il était plus facile de faire des dessins pour préciser mes propos et convaincre mes collaborateurs.

Etait-ce aussi une manière pour vous d’acquérir de l’autorité vis-à-vis d’eux ?

Je pense qu’en effet, les animateurs m’ont réellement accepté au moment où ils ont réalisé que je savais dessiner.

Le film souligne l’importance du sens des noms, mais en tant que francophones, nous passons à côté de la signification de ceux des deux personnages principaux… pouvez-vous nous éclairer ?

A vrai dire… non. [Rires.] Je vous invite plutôt à lire le roman d’Ursula Le Guin pour avoir votre réponse.

Le fait d’avoir choisi de changer de métier, qu’est ce que cela implique pour vous ? Voyez-vous cela comme une continuité de vos anciens travaux ou la réalisation est une découverte totale qui vous épanouit ?

Je crois que pour moi, ce fut une suite logique. Sans l’expérience que j’ai acquise par le passé, j’aurai été incapable de réaliser un film d’animation.

Le fait d’avoir opté pour un style graphique quasiment identique aux productions de votre père est une volonté de votre part pour rassurer les fans, de respecter une certaine tradition ? Vous auriez pu changer radicalement de style après tout.

J’aime le style de mon père ; c’est la première raison pour laquelle je l’ai employé. De plus, je n’ai pas assez d’expérience pour imposer mon propre style. Et produire quelque chose de trop nouveau pour les personnages aurait été effectivement trop risqué vis-à-vis du public habitué du studio Ghibli.

Mais est-ce que par la suite cette idée pourrait vous venir ? Vous voyez-vous dans la peau d’un réalisateur autonome ?

Si j’ai la chance de refaire un film, je pense effectivement pouvoir tenter l’expérience.

Et avez-vous déjà une idée en tête ?

une, oui, mais l’idée en question reste très floue…

Pour en revenir à l’aspect technique, quelle a été votre approche lorsque vous avez abordé les story-boards ?

Lorsque le scénario était à moitié terminé, je l’ai soumis au producteur, Monsieur Suzuki. Il m’a alors dit qu’il voulait commencer à voir des dessins, et m’a conseillé de m’inspirer des travaux de mon père et des autres productions du studio. J’ai donc commencé les story-boards seul en étudiants ceux que le studio a pu produire par le passé.

Aujourd’hui, il semblerait qu’il soit très difficile de trouver des animateurs de talent. Comment avez-vous procédé pour le recrutement de votre équipe ?

Pour ce projet, nous avons demandé aux animateurs du studio Ghibli de faire le plus possible. Mais il est vrai qu’à l’heure actuelle, il est difficile qu’un studio d’animation créé tout par lui-même. Beaucoup sont obligés de faire appel à une main d’œuvre hors studio. Il existe environ 3000 animateurs au Japon et les plus talentueux ne doivent pas être plus d’une vingtaine ; ce sont eux qui supportent le monde de l’animation actuelle. En fait, ils ne doivent pas être plus de dix… ou sept… comme les Sept Samouraïs !

On évoque souvent la succession de messieurs Takahata et Miyazaki à la tête du studio. Est-ce que c’est un rôle auquel vous tiendriez ?

La succession est effectivement un problème qui se pose puisque tous deux ont respectivement 70 et 66 ans. Mais leur volonté de créer reste énorme, donc je ne sais pas s’ils ont réellement besoin d’un successeur pour le moment.

Est-ce que vous pouvez nous expliquer la signification du texte, sur le côté de l’affiche originale ?

C’est une phrase extraite du roman. "Jadis, hommes et dragons vivaient ensemble. Les dragons ne désiraient que la liberté, les hommes, eux, voulaient tout… et ont perdu leur liberté."
Pages liées :Toutes les interviews
publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)