Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Interview de Hiromichi Tanaka et Sage Sundi : deuxième partie

A l’occasion de la localisation française de Final Fantasy XI, l’équipe de Fantasy.fr a rencontré Hiromichi Tanaka et Sage Sundi, tous deux producteurs du jeu.

L'équipe de Fantasy.fr remercie Alex Uhtala (Square-Enix Europe) et Grégoire Hellot (Interprète).
Par La Fantasy Team | 'Interview de Hiromichi Tanaka et Sage Sundi : deuxième partie
15 mars 2007 | Mis à jour 15 mars 2007
Pages liées :Toutes les interviews
Interview de Hiromichi Tanaka et Sage Sundi : deuxième partie
Interview de Hiromichi Tanaka et Sage Sundi : deuxième partie
Interview de Hiromichi Tanaka et Sage Sundi : deuxième partie
Interview de Hiromichi Tanaka et Sage Sundi : deuxième partie

Qu’est-ce qui a motivé la traduction en français de Final Fantasy XI, la communauté déjà existante ou la volonté de s’installer en France indépendamment de cela ?

Hiromichi Tanaka : Le projet Final Fantasy XI, qui a aujourd’hui 7 ans, développement inclus, était prévu pour sortir dans le monde entier. Pour nous, il s’agissait d’avoir un jeu online où tous les joueurs se retrouveraient sur le même serveur, quelle que soit leur nationalité. Final Fantasy XI étant le premier jeu online de la société, on ne pouvait pas se permettre de faire les choses n’importe comment et balancer le jeu comme cela dans le monde entier. Une fois la version japonaise sortie et solidement installée, nous nous sommes concentrés sur la version américaine qui elle aussi possède maintenant une base solide. Maintenant, nous pouvons nous lancer dans la version européenne. Personnellement, j’aurais préféré que la version française sorte en même temps que les autres mais c’était techniquement impossible : il nous fallait faire nos armes sur la version japonaise.

Sage Sundi : Quand je regarde les autres MMORPG qui sortent avec plusieurs langues en même temps, la traduction est mauvaise. Nous avons engagé des natifs français qui ont des qualités d’écriture et qui  connaissent le monde du jeu pour avoir une traduction parfaite.

Avez-vous étudié le marché du MMORPG en France ? Et pensez-vous qu’il y a encore une place pour Final Fantasy XI, cinq ans après, face à des concurrents plus récents comme World Of Warcraft ?

Hiromichi Tanaka : Graphiquement, je ne pense pas que l’on soit si éloigné que cela de World of Warcraft. Quand Final Fantasy XI est sorti il y a cinq ans, on nous a dit au contraire que le jeu était trop ambitieux et que les machines n’arrivaient pas à suivre. Je pense que nous tenons encore la route.

Sage Sundi : Si World of Warcraft a eu du succès, c’est aussi parce qu’il y avait une grosse base de fans de l’univers Warcraft. Etant donné que Final Fantasy possède lui aussi sa base de fans, les gens qui voudront retrouver autre chose que du Warcraft se dirigeront vers Final Fantasy XI. Contrairement à World of Warcraft, Final Fantasy XI n’est pas qu’un jeu PC. C’est aussi un jeu sur Xbox 360 et sur PlayStation 2 au Japon et aux Etats-Unis, et qui est donc compatible avec la PlayStation 3.

La spécificité des RPG japonais par rapport aux RPG occidentaux se manifestait par le tour par tour, les univers plus fouillés, etc. Final Fantasy XI et Final Fantasy XII reviennent vers le temps réel. Ne craignez-vous pas une mondialisation du gameplay de MMORPG, ceux du moment devenant de plus en plus génériques ?

Hiromichi Tanaka : Je ne pense pas que cela se passe comme cela. Tout ce que vous spécifiez comme étant japonais, le tour par tour par exemple, a été en fait repris de Wizardry ou Ultima qui sont des jeux occidentaux. La spécificité japonaise ne va pas disparaître dans une mondialisation du RPG car nous avons notre propre savoir faire. De plus, la particularité de la saga Final Fantasy est avant tout de proposer un nouveau système à chaque épisode, et c’est pour cette raison que les fans l’aiment autant. Dans Final Fantasy XII, le système de Gambit  et le temps réel rappellent beaucoup Final Fantasy XI, mais malgré tout, il y a des différences avec les autres épisodes y compris Final Fantasy XI. Comme, je l’ai dit, le challenge est toujours de proposer un système différent pour chaque Final Fantasy : le XI ne fait pas exception à la règle.

Est-ce que Final Fantasy XI est une sorte de premier jet de Square-Enix dans le monde du MMORPG ? Peut-on s’attendre à d’autres volets ou d’autres séries en ligne ?

Hiromichi Tanaka : Si Final Fantasy XI était notre premier jeu online, ce n’était en aucun cas un prétexte pour faire un jeu moyen qui servirait de laboratoire d’expérimentation pour plus tard. Il y avait déjà Ultima Online ou Everquest, chacun ayant sa base de fans. Nous ne pouvions pas nous permettre de faire un jeu moyen pour l’améliorer par la suite puisqu’il existait déjà des jeux excellents dans leur genre. Mais effectivement, nous sommes intéressés par le online pour la suite.

Concernant le Game Mastering de Final Fantasy XI, l’envisagez-vous comme une hotline de luxe ou y a-t-il une véritable implication humaine ?

Sage Sundi : Nous combattons le RMT (NDLR : acronyme de Real Money Trade, économie parallèle qui se développe autour des jeux en ligne) et ce genre de problèmes depuis 5 ans. Il y a deux types d’assistance dans Final Fantasy XI. D’abord, les maîtres de jeu que l’on peut appeler et qui sont connectés en permanence, et une autre équipe d’élite, la « Task Force », qui est là pour enquêter sur les RMT dans le jeu et qui fait des recherches plus poussées. Par rapport aux MMORPG américains, nous pensons avant tout au confort des joueurs. Plutôt que de supprimer des comptes tous les six mois, nous supprimons des comptes toutes les semaines. Au mois de décembre, nous avons supprimé à peu près 10 000 comptes et vers fin janvier, nous en étions à 6 000 environ.

En dehors de la surveillance, y a-t-il des humains impliqués dans le jeu, pour des animations, des évènements, etc. ?

Hiromichi Tanaka : Il y a des events saisonniers comme la St Valentin, Noël, Halloween, etc. Mais il n’y a pas d’êtres humains qui font des quêtes ou jouent des NPC.

Sage Sundi  et Hiromichi Tanaka : Pendant le bêta-test, nous avions essayé d’organiser des events gérés par des êtres humains. Mais c’était trop compliqué, il y avait une personne qui donnait les quêtes et tout le monde lui courait après : elle était rapidement débordée. L’autre problème, c’est que dans Final Fantasy XI, tous les joueurs du monde se retrouvent sur le même serveur. Il aurait fallu des animateurs qui parlent toutes les langues, ce qui est impossible. Sur nos deux serveurs de test, on avait assez de personnes pour faire les animations, mais dans la version finale, Final Fantasy XI fonctionne avec 32 serveurs. 32 serveurs avec des personnes qui parlent au moins cinq langues, c’est très difficile.

Sage Sundi : Il y a quand même une exception. Lors des mariages dans le jeu, le prêtre est un maître de jeu.

Messieurs Tanaka et Sundi, un grand merci à vous.

 
Pages liées :Toutes les interviews
publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)