Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

The Dark Side of the Noon

Jeff Noon, né à Manchester en 1957, est rapidement devenu un auteur culte pour les amateurs anglais de SF en publiant deux romans déjantés, Vurt et Pollen.
Parallèlement à son métier d’écrivain, Noon s’adonne à la musique, en tant que guitariste dans le groupe Manucured Noise, à la peinture, à la dramaturgie et travaille désormais pour le cinéma.
Vurt, son premier roman est de nouveau disponible en français aux éditions La Volte.
Par La Fantasy Team | 'The Dark Side of the Noon
11 octobre 2006 | Mis à jour 11 octobre 2006
The Dark Side of the Noon
The Dark Side of the Noon
The Dark Side of the Noon
The Dark Side of the Noon

Comment en êtes-vous venu à écrire des romans ?

J’ai commencé par écrire des pièces de théâtre. Je donnais dans ce que l’on nomme le fringue theatre, qui est une forme expérimentale, voire border-line de théâtre. Nous étions moins impliqués dans les récits et les dialogues que dans l’art… ce qui était peut-être un peu antinomique pour quelqu’un très épris de story-telling, de conte, comme moi. Par la suite, j’ai travaillé comme libraire à Manchester, et après cinq années de dur labeur, le propriétaire m’a annoncé qu’il lançait une micro-édition et m’a demandé de lui écrire un roman. Je suis rentré chez moi  et j’ai commencé ce qui allait devenir Vurt. Cela m’a pris par surprise, j’ignorais que j’avais cela en moi.

Malgré sa faible diffusion, Vurt a connu un bon succès.

Le succès est venu doucement. La communauté SF a été la première à repérer le livre, et les fans ont écrit des lettres pour que Vurt soit nominé pour le Arthur C. Clarke Award, qu’il a finalement gagné. D’un seul coup, j’étais devenu un écrivain de SF.

Un écrivain de SF qui a un public plutôt diversifié non ?

J’ai un lectorat plutôt bizarre en ce sens qu’il est composé de deux publics distincts, l’un étant le lectorat de SF que le border-line ne dérange pas, et l’autre un public pas très au fait de la SF, qui préfère lire des trucs jeunes, avec des DJ, de la dance, etc. De fait, les vendeurs ne savent jamais où placer mes romans dans les libraires.

La musique semble prendre une place importante dans votre œuvre...

Le fan anglais traditionnel de SF est plutôt réac en ce qui concerne la musique… Les vrais fans de SF ne semblent pas me suivre quand je dis que la techno et la SF ne sont pas très éloignées, que le fait de sampler, mixer et de remixer des sons est une démarche science-fictive… Pourtant, c’est un concept qui n’est pas très éloigné du genre cyberpunk.

Votre anticonformisme n’est-il pas à l’origine de votre succès ?

Quand j’étais impliqué dans le théâtre au début des années 80, le mouvement politiquement correct était très puissant et il y avait un certain nombre de règles à respecter. Chaque pièce devait défendre une cause… c’était très frustrant. Moi, je préférais écrire une histoire et laisser le public y voir ce qu’il désirait. Mes romans ne sont pas politiques en ce sens qu’ils n’ont pas pour but de mobiliser les jeunes dans la rue. Du fait de ses liens très forts avec les Etats-Unis, berceau du politiquement correct, l’Angleterre s’est toujours posée la question : devrions-nous être corrects ou incorrects ? Résultat, nous sommes les deux. En ce qui me concerne, plus il y a de règles appliquées à l’art, plus ça m’énerve. Un conteur se doit de ne pas être politiquement correct, il doit être à même de pouvoir dire la vérité, de parler de sujets délicats ou non. Ce qui me gêne le plus dans les histoires politiquement correctes, c’est que tous les personnages semblent savoir ce pour quoi ils se battent… je hais ça !

Certains récits de fantasy doivent donc passablement vous énerver...

Je suis fan de Lewis Carroll, et je voulais retrouver une ambiance de fantasy comme on n’en trouve plus que dans des ouvrages oubliés depuis longtemps. Je voulais de la vraie fantasy, pas de la sword & sorcery bidon. Je me suis dit que si Lewis Carroll était vivant, il serait sûrement très inspiré par notre monde, et qu’il aurait adoré parler de la relativité, de la mécanique quantique, de la théorie du chaos. Imaginez le fun qu’il aurait eu en écrivant un roman sur les fractales ! Je me suis donc mis dans la peau de Carroll le temps d’un roman, et j’ai écrit une histoire d’Alice d’aujourd’hui. Automated Alice est un livre qui me tient à cœur. J’aimerais que mes lecteurs soient perpétuellement en train de se demander où l’intrigue va les mener…

Vous vous intéressez donc au merveilleux, à la fantasy au sens originel du terme.

J’adore le mot fabulation. Le problème de la fantasy est qu’elle a été détournée. Aujourd’hui quand on parle de fantasy, cela n’a plus rien à voir avec Carroll ou C.S. Lewis, qui parlaient de mondes par-delà le nôtre. C’étaient des histoires d’hommes qui cherchaient des sorties, des portes, qui pouvaient être dans un seau d’eau, au fond d’un puits ou de l’autre côté  du miroir. Ecrire est pour moi une aventure, je pars à la découverte de nouveaux mondes. Il y aura un jour un dernier Vurt à écrire, mais je ne sais pas encore à quoi il ressemble.
publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)