Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Traductrice de mangas

Nathalie Martinez, traductrice de manga, nous en dit plus sur son métier.
(Merci à Julien "Belgarion" Carbon du Coin des lecteurs pour son aide).
Par La Fantasy Team | 'Traductrice de mangas
13 mars 2006 | Mis à jour 13 mars 2006
Pages liées :Toutes les interviews
Traductrice de mangas
Traductrice de mangas
Traductrice de mangas

Peux-tu nous décrire un peu ton parcours. On t'a vu travailler dans différentes maisons d'éditions telles Tonkam ou encore Pika. Comment t'es tu faite connaître et recruter ?

Etant donné que nous n'avons rien sans rien et que les sociétés sont assez fermées quant à la l'accueil des demandeurs d'emploi qui leur transmettent un CV par courrier, j'ai carrément relevé les coordonnées des maisons d'édition au dos des mangas et je les ai appelés… Ce que je leur ai dit ?? Eh bien, que j'avais grandi au Japon et que j'avais par la même occasion grandi dans l'univers du manga et que je souhaitais en traduire… Certains m'ont envoyé quelques pages à traduire à l'essai… avec ou sans réponse à la clef. D'autres m'ont dit qu'ils gardaient mon CV sous le coude mais apparemment leur coude doit être très lourd à soulever car je n'ai jamais eu de réponse…
En résumé, j'y suis allée au culot !!

Peux-tu nous raconter comment se déroule la journée de travail habituelle d'un traducteur de manga ? Est-elle foncièrement différente de la traduction d'une bande dessinée européenne ou américaine ? d'un roman ?

Je commence toujours par indexer mes bulles et numéroter mes pages. Je prépare le terrain avant de me mettre au travail. Ensuite, je traduis mon texte sur un cahier que je tape sur Word par la suite. Pourquoi ne pas le traduire directement sur l'ordi ? Parce que mon stylo est ma source d'inspiration et que je préfère retaper mon texte une fois l'histoire traduite en entier. Je me situe mieux dans l'histoire et je peux mieux me mettre dans la peau du personnage... C'est un travail complètement différent de la traduction d'un roman. Le manga n'est que dialogue (parfois description mais rarement) Le plus difficile, dirais-je, ce sont les onomatopées... une vraie prise de tête !
Je ne saurais vous parler du comics américain, je n'en ai jamais traduis.
En général, j'essaie de traduire en moyenne 30 à 40 pages par jour mais cela dépend des séries car il y en a qui sont plus bavardes que d'autres ou qui demandent plus de recherches. Cela ne sert à rien de vouloir en faire plus car le cerveau sature au bout de 5 heures de travail consécutif.

Tu as notamment traduit plusieurs séries de Yuu Watase. As-tu ton mot à dire sur le choix des mangas que tu traduis ? Et à ce propos quels sont donc les projets sur lesquels tu vas travailler ?

En général, je peux refuser une série que l'on me propose en leur expliquant bien que le thème évoqué ne fait pas partie de mon univers (Le SF, ce n'est vraiment pas pour moi, par exemple) Mais le plus souvent, les maisons d'édition me proposent un titre et c'est à moi d'en décider.
Pour le moment, mon planning est défini et je n'aurai pas de nouvelles séries tant que je n'ai pas terminé celles qui sont en cours.
D'autre part, quand il s'agit de traduction pour les sous-titrages, c'est autre chose. Elles se font beaucoup plus rapidement, le roulement est donc plus important.

On sait que le public "manga" est de plus en plus exigeant sur l'exactitude de la traduction. Certaines séries au préalable traduites de façon à rajeunir les propos sont à présent réécrites totalement (Dragon Ball, City Hunter...). Dans ce pays qui est le deuxième au monde en quantité de lecteurs de mangas, quelle est ta définition de l'exigence de fidélité à l'auteur ?

En ce qui concerne le manga, on ne peut parfois pas traduire exactement ce qui se trouve dans les bulles et ce par un manque d'espace ou tout simplement pour donner un peu plus de style au texte. On garde le sens global ou on l'adapte sur-le-champ... Je travaille souvent au feeling et je me pose aussi la question à savoir ce que pourrait signifier, par exemple, le simple "oui" en japonais. Il peut avoir en français plusieurs façons de le traduire: d'accord, oui, j'arrive, etc...) Il y a aussi des expressions propres au pays, qui proviennent soit des pub ou des slogans...
Quant aux sous titrages, nous sommes limités par le nombre de caractères autorisés défini par le temps de lisibilité.

Dans le même genre, il n'est pas rare que les séries de mangas dépassent la dizaine d'albums. Pour ressentir le style d'écriture du mangaka, te sens-tu obligée de lire l'intégralité de la série (enfin tout du moins celle qui est déjà publiée au Japon) ?

Ce serait bien de pouvoir lire l'œuvre en VO avant de commencer à la traduire mais c'est impossible puisque nous recevons le matériel au dernier moment ou bien par manque de temps tout simplement.
Pour une longue série de plus de 5 volumes, on devrait attendre que les 8 voire 10 premiers volumes soient traduits avant de les publier car on peut s'apercevoir que l'on avait pas bien saisi le sens caché de l'histoire... et cela permettrait de revenir sur la traduction pour y apporter des modifications.

Certains mangaka ont fait arrêter le contrat d'exploitation avec certaines éditions françaises pour raison de non conformité avec le format d'origine. Citons par exemple One Piece de Eiichiro Oda qui a fait tout rééditer dans le sens japonais ou encore les Editions J'ai Lu qui ont perdu la licence de City Hunter pour avoir divisé le dernier tome en deux. Cela met-il une pression supplémentaire de la part de ta hiérarchie ? Peux-tu toi, à l'inverse, les prévenir de faire des erreurs similaires ?

Nous ne sommes là que pour traduire, les histoires de contrats ou de droits ne nous concernent pas directement.

Tu as déclaré sur un forum que le manga n'était pas vraiment ta passion. Quelles sont donc tes lectures habituelles, et as-tu redécouvert les mangas autrement depuis que tu es dans le métier ?

Quand je dis que le manga n'est pas ma passion, c'est que je ne vis pas que pour le manga (comme certains pourraient être très fans). J'aime le manga à partir du moment où l'histoire est belle et les dessins sont jolis… et puis, je crois que le fait d'avoir baigné dans l'univers manga durant toute ma jeunesse y fait énormément.
J'avoue avoir redécouvert des mangas très sympas que je me fais un plaisir de traduire notamment les Watase, Hiwatari ou Emura... En un mot, j'aime bien les Shojo car je suis une éternelle romantique  !!
J'aime la littérature, les romans historiques ou d'évasion (mais pas à l'eau de rose, pitié !!) (Rires).

Qu'est ce qu'on peut te souhaiter de mieux pour 2006 ?

Plein de séries à sous-titrer et plein de mangas à fortes émotions (sans violence, on y est bien trop confronté au quotidien) !! Et je souhaite donner du bonheur aux lecteurs...
Pages liées :Toutes les interviews
publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)