Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Antoine Rouaud : Un destin, un livre et une épée

Fantasy.fr a interviewé Antoine Rouaud, nouveau prodige de la Fantasy francophone dont la trilogie de intitulée Le Livre et l’Épée a été présentée par Bragelonne et achetée par plusieurs éditeurs étrangers comme Gollancz pour le Royaume-Uni ou Heyne pour l’Allemagne durant la Foire du Livre de Francfort, en octobre dernier.

Par Emmanuel Beiramar
11 mai 2012 | Mis à jour 11 mai 2012
Antoine Rouaud : Un destin, un livre et une épée
Antoine Rouaud : Un destin, un livre et une épée

Fantasy.fr : Antoine, parle-nous un peu de toi. Quel a été ton parcours jusqu'à présent ?


Antoine Rouaud : Bonjour… arf… parler de soi. Tout un programme. Faisons court. École, Bac options Arts dramatiques, fac raté, radio associative à Nantes… pour devenir concepteur rédacteur dans un studio de publicité radio. Le tout sans jamais lâcher l’écrit depuis que je suis en âge de faire des phrases avec un tant soi peu de sens. J’ai toujours imaginé des histoires, de nouvelles aux pièces de théâtre, de scénario au roman un peu foutraque, j’ai grandi en inventant. Jusqu’à ce que la radio me permette de créer des univers plus concrets, en faisant de certaines de mes histoires des feuilletons audio, des sketchs, etc. Je suis plutôt du genre autodidacte, donc j’ai souvent appris les choses sur le tas pour en arriver où je suis aujourd’hui.
 

Fantasy.fr : Te souviens-tu de ta première rencontre avec l'imaginaire (un livre, une BD, un dessin animé) ?

Antoine Rouaud : Je n’ai pas de souvenirs précis d’une « rencontre » avec l’imaginaire. Déjà, j’ai du mal avec ce terme qui veut un peu tout et rien dire pour moi. On imagine une histoire, donc peu importe son genre, ça reste… de l’imaginaire. Je suis de la génération des films de Spielberg, Lucas, Dante, Zemeckis… Le genre de cinéma qui, quand tu es gamin, te met des étoiles pleins les yeux. J’ai baigné dans tous ces univers-là. Après si on doit rester dans un domaine « Fantasy » et si je dois en ressortir une claque monumentale, je dirais Le Seigneur des Anneaux. Assez classique somme toute.
 

Fantasy.fr : Parle-nous de tes influences ?

Antoine Rouaud : En vrac… alors là oui vraiment en vrac : Tolkien, Morcoock, Shakespeare, Corneille, Stephen King, Steven Moffat… je dis ce qui me passe par la tête, là, en mélangeant des références. Parce que finalement, ce qui m’a toujours importé ce n’était pas « l’imaginaire » mais bien les histoires qu’on me racontait, peu importe le médium. Mes influences viennent de plein d’univers différents, plein d’écritures différentes, de dialogues, de films, d’ambiances…
 

Fantasy.fr : Comment est né l'idée de ta saga, Le Livre et l'épée ?

Antoine Rouaud : Tout bêtement suite à un mail de Stéphane Marsan. J’avais envoyé un premier roman, jugé trop jeunesse mais, visiblement, mon écriture leur avait plu. Il m’a demandé d’écrire quelque chose de plus adulte. En lisant le mail… l’idée est venue. Comme un défi. Une chance à ne pas laisser passer. L’occasion de montrer ce que je pouvais faire. Je n’avais rien à perdre. La majorité de l’histoire est venue comme ça, de façon très ordonnée, comme une évidence. Après, à force de travailler, j’ai arrangé certains points, changé certaines façons de lier les événements. Mais l’idée, le plan, la continuité, c’est venu très rapidement.
 

Fantasy.fr : Combien de temps as-tu travaillé dessus ?

Antoine Rouaud : Un an environ. Par périodes. C’était assez confus. Je voulais le finir rapidement mais ne pas le bâcler. Je voulais savoir ce qu’on pouvait en penser, si le lecteur ressentait ce que j’écrivais, s’il se laissait porter par le récit en voulant en connaitre la suite, les moindres détails.
 

Fantasy.fr : Que peux-tu nous dire de l'histoire ?

Antoine Rouaud : Le Pitch déjà publié sur Fantasy.fr résume assez bien. Connaissant l’histoire de bout en bout, étant encore dedans, j’aurais du mal à faire mieux car j’ai toujours peur de trop en dévoiler. En résumant, et quitte à jeter un peu le trouble, pour moi c’est surtout l’histoire d’une libération, de quelqu’un qui, en quelque sorte, s’affranchit du Destin dans le sens Divin du terme. Un chevalier qui devient une légende dans une République naissante. Et ce n’est pas pour rien que l’histoire se situe dans une jeune république, au moment où des hommes choisissent le destin d’une nation. Il y a une double lecture dans ce premier roman.
Après, vous imaginez bien que pour assumer un destin épique, cela nécessite des combats, des trahisons, des blessures… Il y a un côté « tragédie » à l’ancienne. Tout en essayant de donner un réel corps au personnage, qu’il soit apprécié, crédible. Qu’on s’y attache. Par eux-mêmes et par les relations qui les unissent.
 

Fantasy.fr : Ta rencontre avec Stéphane Marsan a été un peu particulière, non ?

Antoine Rouaud : Oui. Je suis simplement allé le rencontrer alors qu’il était à Nantes pour présenter le dernier livre d’Erik Wietzel : Les Dragons de la Cité Rouge. Je suis allé au culot. D’autant plus que sur leur site, il était bien marqué qu’ils n’acceptaient plus de manuscrit. Mais je n’avais rien à perdre. Et ça a été difficile parce qu’il fallait vaincre ma timidité, accepter un refus. Surtout que ce roman dont je lui ai parlé… ils ne l’ont pas accepté à Bragelonne !!! Mais dans ce mail de refus, il y avait cette demande… est-il possible que tu fasses quelque chose pour un public plus adulte ? Oui. Je le fais maintenant tout de suite, là. Et cette fois-ci, ça convenait.
 

Fantasy.fr : Quelques mois plus tard, ton roman fait fureur à la foire de Francfort et il est acheté par Gollancz et Heyne. Un vrai conte de fée en somme...

Antoine Rouaud : Oui alors ça… aloooors ça ! Que dire… c’est encore un peu flou, un peu confus pour moi. J’essaye de ne pas y penser en réalité. Je suis fier, oui, ça oui. Mais je ne peux pas m’arrêter à ça, ce serait idiot. Être édité par Bragelonne, c’est déjà une réussite pour moi, un cadeau. Le reste… c’est extraordinaire. Mais là… je pense surtout aux prochains tomes. Je suis fier du premier, j’espère vraiment que les lecteurs l’apprécieront. Et j’aimerais que les deux autres séduisent tout autant sinon plus. Pour l’heure, c’est surtout à ça que je pense. Quand il sera entre les mains des lecteurs… qu’en penseront-ils ? Ça, ça me travaille. A tel point que j’aurais envie de tout reprendre depuis le début, au cas où…
 

Fantasy.fr : Le Livre et l'épée est une trilogie. Où en es-tu de sa rédaction ?

Antoine Rouaud : J'ai commencé le deuxième tome fin février. Mais le premier est encore en correction, dans les mains de Stéphane Marsan actuellement. Peut-être devrais-je y faire d’autres retouches.
 

Fantasy.fr : Comment se passe le travail éditorial ?

Antoine Rouaud : J’attends les commentaires de Stéphane sur les dernières retouches du premier tome. Lors de notre premier entretien, après qu’il m’ait proposé de publier le roman, il a attiré mon attention sur certains points à reformuler. De façon très simple, très claire, sans directive particulière. Juste en me posant la question : « Est-ce nécessaire de présenter tel personnage de cette façon ? » Ou « Peut-on en savoir plus sur tel point ? » En gros, si l’auteur a les arguments pour le convaincre, les choses restent ainsi. Sinon… c’est qu’il est nécessaire de retravailler.
 

Fantasy.fr : En as-tu déjà retiré des leçons ?

Antoine Rouaud : Quand le premier tome sera bon, je m’attacherai peut-être à retirer des leçons. Là, il est encore trop tôt. Je prends les choses comme elles viennent. Je suis juste impatient que l’aventure soit lancée.
 

Fantasy.fr : As-tu d'autres projets ?

Antoine Rouaud : Plein. Je continue à produire des feuilletons audio pour un site internet Audiodramax.com. Notamment Eden, un Space opera, pour lequel je reçois beaucoup de mails demandant : « A quand la suite ? » C’est en cours. Autrement, je fourmille d’idées : Théâtre, scénario… il faut juste rencontrer les bonnes personnes au bon moment. Je prépare le terrain. On verra après.

publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)