Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Jean Giraud / Mœbius : Interview hommage 2

L'équipe du magazine Ozone, ancêtre de Fantasy.fr, avait interviewé en 1997 Jean Giraud alias Mœbius à l’occasion de sa participation au Cinquième élément, film de science-fiction de Luc Besson.
Nous vous la proposons désormais sur Fantasy.fr, afin de rendre hommage à cet artiste culte décédé en mars dernier.

Par Emmanuel Beiramar | J.J. Chaubin, A. Martin et A. Névant
4 avril 2012 | Mis à jour 4 avril 2012

Quel a été votre rôle dans Le Cinquième élément ?

Jean Giraud / Mœbius : Un rôle important dans la mesure où Luc a utilisé une partie de mon travail pour tisser son histoire et pour se constituer un bagage pictural et dramatique pour sa conception de la SF.
Luc adolescent a été frappé par la SF en général, et en particulier par la BD. Je faisais Métal Hurlant quand il avait 15 ans. Ma collaboration ne se résume pas à ma présence sur le plateau. Luc a trouvé cette ruse pour pouvoir rendre hommage à mon travail et à celui de J.C. Mézières sans avoir à faire une dédicace : « Ce film est dédié à ... » : la ruse a été de nous engager, alors qu'il aurait pu se passer de nous. En fait, il y avait une équipe tout à fait correcte qui a fait le travail, et que nous nous sommes contentés de superviser. J'ai aussi fait quelques dessins, bien sûr, mais n'importe quel autre dessinateur aurait le faire. Luc a vraiment voulu rendre hommage à ce que l'on fait depuis vingt ou trente ans dans la BD. Créer une histoire, un monde, une énergie qui a alimenté Besson et qu'il a renvoyée dans son film.


La patte graphique de Mézières est facilement reconnaissable dans le film... La vôtre apparaît dans quel élément ?

Jean Giraud / Mœbius : Mais dans le cinquième ! Dans la conception de toute l'histoire. Comment faire de la SF quelque chose qui soit une réflexion personnelle. J'ai amené ça dans la SF graphique : plaquer sa propre problématique sur sa vision du monde. On met en avant non pas ses problèmes personnels de façon abusive, mais la liaison mystérieuse qu'il y a entre nous même et le tout, en dehors de tout problème d'ego. J'ai fini par former une école où il faut éviter de regarder le doigt au lieu de regarder la lune. Pour éviter cet écueil, on est tenté de n'imiter que mon style graphique, alors que ce serait plutôt l'esprit qu'il faudrait imiter, à savoir la quête de soi. Être soi. Quand Luc est lui-même, il est drôle. Soit on exprime la totalité de ce que l'on connaît de soi, et on est ennuyeux parce que l'on ne se connaît pas, soit on est dans la totalité de soi-même et on inclut ce que l'on ne connaît pas, et là ce n'est pas triste. Au niveau de la pratique ce n'est pas évident, ça demande une confiance totale.
Luc a pris des risques au maximum, il a pioché dans des grands thèmes et en même temps dans ses propres thèmes, qui sont très profonds. On se demande comment les producteurs ont pu lui faire confiance...


Comment s'est passée la rencontre avec Luc Besson ?

Jean Giraud / Mœbius : Très bien, le vécu n'a pas été très long. Luc a plus vécu avec les acteurs et les producteurs. Moi je passais de temps en temps pour faire quelques dessins... je n'ai quasiment jamais été sur le plateau de tournage : c'est sympa le plateau, mais c'est sur ma table à dessin que je me déploie le plus. Le reste c'est du pipeau... Sauf quand je travaille avec quelqu'un comme Jodorowsky. En fait ma participation est plus symbolique.
 

C'est donc un hommage à la bande dessinée française...

Jean Giraud / Mœbius : Oui mais la BD française de SF n'est pas française, elle est terrienne. La SF est plus terrestre que la réalité ! J'arrive à faire des histoires qui n'ont rien de français. Le problème  de la SF c'est qu'elle a un personnage récurrent : l'humanité. La SF englobe donc tous les autres genres, ce qui énerve la littérature.


Quels sont vos relations actuelles avec les éditeurs ?

Jean Giraud / Mœbius : Les éditeurs savent que je suis ambigu : Mœbius a un très bon côté médiatique, mais un tirage quasi confidentiel, alors que Gir est très peu médiatique parce que relégué à la BD traditionnelle, mais lui a des tirages exceptionnels.
 

Comment gérer les deux personnalités ?

Jean Giraud / Mœbius : C'est un faux problème pour attirer les journalistes. Le vrai problème, c'est la personnalité que l'on présente et celle que l'on est, et celle-là est tellement secrète que l'on ne peut pas l'écrire. Il n'y a pas de limites ni spatiales ni temporelles... Le graphisme me permet d'éviter le filtre de la parole, qui diffère selon la personne à qui tu parles : aux autres ou avec toi-même. Pour se parler à soi-même les mots ne suffisent pas, Mœbius se parle plus à lui-même, et Gir est plus structuré, cerné, par le temps et l'espace. Quoi de plus cerné que le western ?


Vous avec plus d'affection pour l'un ou pour l'autre ?

Jean Giraud / Mœbius : Non j'ai de l'affection pour la façon d'aborder les deux. C'est là où je me sens le plus complet.

 

publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)