Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Jean Giraud / Mœbius : Interview hommage 1

Jack Danté avait pu interviewer Jean Giraud alias Mœbius à l’occasion de l’exposition « Moebius trans forme » qui s'était tenue entre octobre 2010 et mars 2011 à la fondation Cartier.
Nous vous la proposons désormais sur Fantasy.fr, afin de rendre hommage à cet artiste culte décédé samedi dernier.

Par Emmanuel Beiramar | Jack Danté
13 mars 2012 | Mis à jour 13 mars 2012
Pages liées :Jean Giraud / Mœbius

Jack Danté : Qu’avez-vous voulu montrer de vous qu’on ne connaissait pas encore dans cette exposition à la fondation Cartier ?

Jean Giraud / Mœbius : En me confondant à la bande dessinée j’ai participé à un mouvement dès ses débuts. J’ai été un de ses acteurs, une de ses figures historique  avec le temps. A l’époque le projet était de sortir la bande dessinée d’un territoire sous surveillance parentale, qui faisait parti de l’enfance car lui-même en était à ce stade là. Bizarrement, la bande dessinée qui se veut universelle est cantonnée à trois territoires dans le monde : les Etats-Unis, le Japon et l’Europe francophone. L’exposition montre mon parcours, mais aussi le chemin qu’a pris la bande dessinée durant la seconde partie du vingtième siècle.
 

Jack Danté : La BD franco-belge est-elle une « exception culturelle » ?

Jean Giraud / Mœbius : Ce n’est pas une exception culturelle, c’est une caractéristique culturelle. C’est un système d’expression qui est né et s’est développé sans être vraiment connu à l’extérieur. En France la BD est liée à une tradition littéraire, donc artistique contrairement au Japon où c’est quelque chose de totalement industriel, la BD cumule les qualités et les défauts de la littérature et des arts plastiques dans la façon de l’aborder et de la décliner. Le milieu de la bande dessinée dans notre pays c’est un peu le village d’Astérix : tout le monde se tape dessus et tout le monde s’aime ! Il y a une émulation féconde mais anarchique. L’inconvénient c’est que cette BD française implose dans un territoire sans jamais en sortir. On n’a aucune de chance de voir une BD française sur des étalages anglo-saxons ou japonais à l’exception de quelques titres. Ce qui fait notre beauté nous empêche aussi de nous envoler et de conquérir d’autres marchés. J’aurai adoré voir un de mes albums édité à un milliard d’exemplaires en Chine ! (Rires)
 

Jack Danté : Que pensez-vous des liens entre la BD et le cinéma ?

Jean Giraud / Mœbius : La BD, comme beaucoup de moyen d’expression, est extrêmement sensible à toute évolution technologique. Celle-ci a rendu possible de nombreuses adaptations. C’est même devenu un genre cinématographique en soit depuis dix ans. Quand on voit le dernier Batman, c’est vraiment bien. En France on manque un peu de moyens pour les réussir. Il y a un autre problème c’est que pour nous tout est un héritage du passé, il y a des habitudes de pensée qui perdurent et qui ont tendance à tout alourdir.
 

Jack Danté : Justement qu’avez-vous pensé de l’adaptation de Blueberry par Jan Kounen ?

Jean Giraud / Mœbius : J’ai beaucoup aimé et  j’ai eu un grand plaisir à connaître Jan et à apprécier son travail. On n’a pas eu la chance d’avoir le succès escompté. Parfois quand on voit les films qui marchent, les bras nous en tombent et c’est très bien car ça prouve qu’il n’y a pas de recette. La qualité, l’intelligence, la beauté comme la bêtise, la lourdeur ou la démagogie ne sont pas des sésames. Le cinéma ressemble parfois à une loterie.
 

Jack Danté : Pourquoi une telle passion pour la science-fiction et le western ?

Jean Giraud / Mœbius : Parce que la science-fiction est toujours à la frontière de la méta-physique et le western met en scène le choc d’une civilisation matérialiste face à une civilisation spirituelle, les deux sont des choses qui ont infusé fortement en moi. Dans les années 1960 j’ai découvert que les indiens ce n’étaient pas seulement un nuage de sauterelles qui attaquaient des caravanes, mais une civilisation. Je suis allé en Amérique découvrir les indiens et leur mode de vie. Dans le même temps je m’intéressais beaucoup à la magie, à l’ésotérisme. C’est quelque chose qui est relié au dessin car c’est quelque chose d’assez magique et quand je dessine je peux entrer dans un état de transe légère. Je l’ai ressenti plusieurs fois sans vouloir l’exploiter de manière professionnelle. Ce n’est pas un ressort dans la création de l’image même si ça a pu apparaître par moment et particulièrement dans les années 1980 où  j’ai beaucoup dessiné d’extraterrestres. Ils étaient représentés plus comme des anges qui viennent pour que l’on se reprenne en main plutôt que comme des destructeurs.
 

Jack Danté : Vous aviez participé au premier film Tron, sa suite, Tron : L'Héritage, vient de sortir, l’avez vous vu ?

Jean Giraud / Mœbius : Ils m’ont demandé de participer au second film, mais je n’avais pas le temps alors j’ai été forcé de dire non. Je ne l’ai pas encore vu, mais je suis récemment retourné à Los Angeles où j’ai croisé Steven Lisberger, le réalisateur du premier Tron, qui avait fait appel à moi. Ça a été un plaisir de le retrouver, mais pour lui Tron a été une malédiction du fait que le film ait été un échec mais soit considéré comme un grand concept, c’est un peu le pêché majeur à Hollywood : louper un film avec un tel potentiel. Ça a été un peu la même chose pour Blueberry qui est sorti le même jour que Podium, le film sur Claude François, on n’avait aucune chance ! (Rires) Le rival de Tron à l’époque était E.T. de Spielberg, c’était un sérieux client !
 

Jack Danté : Comment se passe votre processus de création ?

Jean Giraud / Mœbius : Je fais rarement des œuvres à thème. Je ne fais pas l’analyse d’une situation présente pour en faire une représentation dans le futur. Ce que j’aime dans la science-fiction c’est le jeu purement ludique de l’imaginaire. La littérature de science fiction a créé un imaginaire rêvé parcouru par des vaisseaux, où la téléportation est possible… c’est une grand cours de récréation et quand on passe un moment dedans il y a des tas d’histoires qui en sortent naturellement.
 

Jack Danté : Durant votre carrière quelles sont les collaborations qui vous ont le plus marqué ?

Jean Giraud / Mœbius : Celle avec Jean-Michel Charlier m’a marquée dans le sens où il y avait une collaboration professionnelle, et puis il y a celle avec Alejandro Jodorowsky (scénariste de L’incal) qui m’a marquée beaucoup plus parce qu’il a une personnalité très puissante. Passez une heure avec Jodo et vous n’en ressortez pas indemne ! (Rires)
 

Jack Danté : Avez-vous des regrets quand à des projets qui ne se sont pas fait ?

Jean Giraud / Mœbius : Pas du tout, car même si on prend la non réalisation du film Dune avec Jodorowsky, ça a finalement changé pas mal de destins dont le mien et celui de Jodo. Ça a donné naissance à L’incal, ce qui a mis le pied à l’étrier à Jodo dans la BD et à moi la possibilité de faire une série à la fois populaire -  ça a été un best-seller – et avec une grande qualité au niveau du propos. L’arrêt de Dune a aussi lancé Ridley Scott dans l’aventure d’Alien à laquelle j’ai également participé. Au final c’est pas mal !

Pages liées :Jean Giraud / Mœbius
publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)