Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Michael Moorcock : Entre ordre et chaos

Fantasy.fr vous propose une interview exclusive de Michael Moorcock, auteur culte des cycles du Champion éternel incarné par Elric, Corum, Hawkmoon... ou encore de textes tels que Gloriana, Le Chien de guerre et la douleur du monde ou Mother London.

Par Emmanuel Beiramar | Traduction : Grégory Bouet
22 juillet 2010 | Mis à jour 23 juillet 2010
Michael Moorcock : Entre ordre et chaos
Michael Moorcock : Entre ordre et chaos

Fantasy.fr : Vous rappelez-vous de votre première rencontre avec l'imaginaire ?

Michael Moorcock : Sûrement Fantasia, que j'ai vu pendant la Seconde Guerre mondiale. Quand tout était morne et triste à l'extérieur, l'écran de cinéma était remplis de couleurs comme je n'en avais jamais vues auparavant ! Et plus particulièrement l'Indigo (nuance de bleu foncé). Et sinon, certaines images de Blanche Neige sont tellement effrayantes, qu'elles me poursuivirent pendant des années.

Fantasy.fr : Elric, c'est un mélange de vous, de Zénith l'albinos et de quelques classiques de l'Époque. A quoi ressemblerait-il si vous deviez le créer aujourd'hui ?

Michael Moorcock : Il s’agit plutôt d’un mélange de Zénith, de personnages gothiques/romantiques du XIXe siècle (Byron, Melmoth …etc…) et de moi. Je pense que si je le créais aujourd’hui, il ne différerait pas trop, puisque mes influences (dont Robert E. Howard) n’ont pas vraiment changé. Passé mes 17 ans, je n’ai plus beaucoup plu de Fantasy, peut-être parce que j’en écrivais déjà moi-même. J’ai écrit une série d’articles appelée Les Aspects de la Fantasy dans le même magazine où Elric a été publié pour la première fois. Mes goûts actuels cadrent toujours bien avec ces articles. J’ai décrit les éléments freudien/jungien du Médiéval Fantastique, et je n’ai pas changé d’avis. Mon inspiration reste la même quand j’écris une nouvelle histoire d’Elric. Je suis les conseils de Shakespeare. Il disait que même si on écrit une histoire très ordinaire, on doit quand même essayer de le faire au mieux de ses compétences. C’est pourquoi j’essaie toujours de me dépasser tout en respectant les codes de la Fantasy.
Attention, je ne prétends pas arriver à la cheville de cet immense écrivain, mais juste que ça me pousse à écrire des histoires plus travaillées et ambitieuses.

 

Fantasy.fr : Avez-vous des nouvelles du film Elric ? Le projet des frères Weitz semble compromis, non ?

Michael Moorcock : Ça fait quelques temps qu’Universal ne s’est pas manifestée. De plus, elle n’est pas connue pour ses succès en Fantasy. D’après moi, Chris Weitz n’est pas près de trouver un autre grand studio avant longtemps.

Fantasy.fr : Vous avez dit qu'Elric ne se ferait qu'avec des personnes intelligentes. En est-il de même avec les comics, les jeux vidéo ? Avez-vous refusé des projets ?

Michael Moorcock : Ça fait des années que je refuse les projets de film et je continuerai tant que je n’ai pas une confiance absolue dans le réalisateur et les producteurs. J’aime écrire de nouvelles aventures pour Elric et je suis sur le point de signer avec une nouvelle maison d’édition qui veut publier de nouveaux comics mais aussi ressortir les anciens. J’ai écrit la trame d’un jeu vidéo. C’était très satisfaisant, car je faisais entièrement confiance à Silverheart, la compagnie, mais pour rien au monde je ne voudrais recracher du Elric « comme avant ».

Fantasy.fr : Vous avez déclaré avoir apprécié le film Solomon Kane. Vous avez ajouté que vous aimeriez travailler avec Michael J. Bassett. Sans doute sur Elric, les deux personnages étant assez proches par certains aspects, non ?

Michael Moorcock : Réaliser Elric est un rêve d’enfant pour Michael. Je suis persuadé qu’il a tout ce qu’il faut pour y parvenir, et notamment une bonne équipe. Son producteur principal habite Paris et nous devons nous rencontrer plus tard pour décider, entre Elric et Hawkmoon, quel projet nous allons mener à bien.

Fantasy.fr : Le film de Bassett n'a toutefois pas eu bonne presse et les fans de Howard ont crié à  la trahison...

Michael Moorcock : Un de mes amis, qui dirigeait le Théâtre Royal Shakespeare, a appelé ça le syndrome « d’Angoisse d’Appropriation ». J’ai même une de mes connaissances texane qui s’est plaint de ne pas avoir été consultée pour le film. Un peu comme si moi, je me plaignais de ne pas avoir été consulté pour la Princesse de Mars alors que j’ai édité un fanzine sur Edgard Rice Burroughs quand j’étais gamin. Pour moi, c’est typique du « Je suis fan, alors ce que j’aime m’appartient ». Manifestement, Bassett espérait réaliser les histoires de Howard après avoir bien défini le personnage. Le film n’a pas bien marché dans les salles, et continue à se traîner aux Etats-Unis. En revanche, il continue à bien se vendre en DVD, alors on ne sait jamais. J’ai un ami, collectionneur fanatique de tout ce qui touche à Howard, et qui trouve le film excellent. Il l’a regardé 15 fois ! Bref, les avis sont partagés.

Fantasy.fr : Vous lisez très peu de Fantasy. Dans vos influences, vous citez également peu d'auteurs du genre. Croyez-vous qu'il faille se tenir à l'écart d'un genre pour pouvoir l'apprivoiser et en devenir l'un des maîtres ?

Michael Moorcock : Quand on me demande comment devenir un auteur de médiéval fantastique, je réponds toujours qu’il faut arrêter de lire de la Fantasy et lire tous les autres genres.

Fantasy.fr : Vous vous êtes mis très tôt à  l'écriture. Si vous étiez enfant aujourd'hui, quel métier aimeriez-vous faire une fois adulte ?

Michael Moorcock : crivain. J’ai toujours voulu faire ça. Mais si je devais vraiment choisir un autre boulot, j’aimerais consacrer plus de temps à ma musique ou peut-être m’essayer au métier d’acteur.

Fantasy.fr : Vous dites que vous n'avez pas trop évolué en tant qu'auteur. Votre méthode d'Écriture est-elle restée la même ? Avez-vous une journée type ?

Michael Moorcock : Ce n’est plus le cas. Pendant des années je me suis astreint à une routine d’écriture très stricte car j’avais des enfants à élever. A présent, je travaille tous les jours, mais je ne suis plus forcément le même programme. Quoi qu’il en soit, quand je suis lancé dans un livre, je tourne autour des 6 à 10 pages par jours quand même.

Fantasy.fr : Vous venez de publier un roman Doctor Who. En quoi était-ce important pour vous d'en écrire un ?

Michael Moorcock : Je me suis mis au défit d’écrire un space opera en me mettant dans la peau de PG Wodehouse (auteur humoriste ultra célèbre en Angleterre), car c’est comme ça que j’ai toujours conçu le Docteur Who. D’ailleurs, le Docteur Who est déjà apparu dans un roman de Cornelius. C’est une institution anglaise, un peu comme les mimes ou les croissants chez vous. Ce fut un plaisir de travailler sur un livre dont il est le héros.

Fantasy.fr : Dans une interview, vous avez cité des œuvres que vous aimeriez que l'on continue de lire dans l'avenir. Pourquoi Corum, Elric, etc. ne figurent pas ?

Michael Moorcock : À mon avis, ils ne me survivront pas longtemps…

Fantasy.fr : Parlez nous de vos projets. Quid des romans Elric avec Fabrice Colin ? Qu'est-ce qui vous a donné envie de travailler avec lui ?

Michael Moorcock : Nous nous sommes rencontrés grâce à un ami commun et j’adore ce qu’il fait. C’est l’auteur idéal pour apporter un nouvel angle plus moderne à Elric. J’adore travailler avec lui. Il a une façon de penser très originale. J’ai hâte de voir sortir le premier roman.

 

La version originale de l'interview de Michael Moorcock est à découvrir ici.

publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)