Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Sean Russell : le chant des signes

Sean Russell est né à Toronto en 1952. il découvre les récits d'aventures avec Tom Sawyer, Huckleberry Finn et Capitaines courageux, et la Fantasy avec Le Seigneur des Anneaux. On  lui doit La Guerre des cygnes, La rivière des Ténèbres, Un monde sans fin ou encore Le frère initié qui a reçu le prix des Imaginales en 2005. C’est d’ailleurs durant l’édition 2008 de ce festival que Fantasy.fr a pu interviewer l’auteur.

Par Emmanuel Beiramar | Retranscription : Cyril Lenoble
11 mai 2009 | Mis à jour 11 mai 2009

 

Fantasy.fr : Vous avez tendance à ancrer vos univers dans des contextes historiques comme un univers médiéval chinois ou une société inspirée par le siècle des Lumières anglais. Y a-t-il une périodes que vous aimeriez aborder ?



Sean Russell : C'est une question intéressante ! En termes de Fantasy, il y en a beaucoup... Je suis très intéressé par la route de la soie et j'aimerais faire une histoire sur cette route entre la Chine et la Turquie. Je me suis toujours intéressé à l'Histoire. J'ai écrit un roman historique qui se passe 1793 sur le début des guerres de la Révolution française mais il est purement historique sans Fantasy dedans. J'ai très envie de d'écrire une fiction sur les voyages à rebrousse-temps, car j'ai un intérêt énorme pour l'évolution et l'impact qu'elle a eu sur nos sociétés, les sciences modernes et notre propre monde. Il n'y a pas beaucoup de périodes de l'Histoire qui ne feraient pas un bon environnement pour de la Fantasy en fait.

Fantasy.fr : Lors d'une ancienne interview (disponible sur votre site) vous aviez indiqué que vous passiez énormément de temps à préparer vos romans et que vous aviez tendance à réécrire de nombreuses versions de vos histoires, à quoi est dû un tel perfectionnisme ?



Sean Russell : Obsession compulsive ! Je ne sais pas, je crois que mon désir dans l'écriture est toujours d'écrire un livre meilleur que le précédent. Je ne sais pas si j'y arrive toujours mais mais j'espère toujours que chacun de mes livres est meilleurs que le précédent. Ce qui me fait le plus peur c'est de devenir un écrivain qui ne fait que de l'alimentaire, qui produit des choses rapidement sans qualités intrinsèques. C'est une grande peur, alors pour moi, il y a un gros travail de recherche, d'écriture et de réécriture et de ré-réécriture pour essayer d'améliorer mon art à chaque fois... ça doit être la réponse à cette question !

Fantasy.fr : Pourquoi délaissez-vous un univers que vous avez mis si longtemps à créer, pour explorer d'autres choses, alors que vous pourriez, comme certains écrivains, continuer à le développer et utiliser tout votre travail ?



Sean Russell : Je crois qu'il y a deux raisons : tout d'abord il faut être passionné parce ce que vous écrivez, il faudrait toujours écrire le livre qui nous passionne et pas celui qui va se vendre, pas celui que votre éditeur veut, pas celui que votre agent veut, mais celui qui vous passionne. Je pense également qu'il faut garder de la fraîcheur dans son écriture pour faire quelque chose de différent. Alors c'est important de varier son travail, de varier les environnements, de faire quelque chose de nouveau. Ça garde votre intérêt en éveil et votre engagement. Le livre que je fais actuellement et ceux que j'ai faits récemment, personne ne voulait que je les fasse, ni mon agent, ni mon éditeur. Personne ne voulait que je fasse ça et j'ai dit c'est le livre que je veux faire, celui dont l'écriture me passionne. Et j'ai écrit le livre que personne ne voulait que je fasse et on en a vendu plus d'exemplaires que ce que j'avais publié avant. On a reçu plus d'argent à titre d'avances, ça a marché très, très bien. Ça me prouve que vous devez faire ce qui vous passionne et pas ce que vous pensez que le marché veut. Je crois qu'il n'est ni sain ni sage d'écrire pour le marché.

Fantasy.fr : Pouvez-vous nous parler de la façon dont se déroule une journée typique d'écriture pour vous ?



Sean Russell : Je suis une créature faite d'habitudes. Donc je fais la même chose quasiment tous les jours. Mon jour type ressemble à ça : je me lève à 7h30. Je prépare le repas de mon fils de 9 ans et demi pour l'école, je l'emmène à l'école. Je vais au café en chemin, je prends un grand cappuccino. Je rentre à la maison, j'allume l'ordinateur et je commence à travailler. Je travaille jusqu'à 11h30 et là j'arrête, je fais de l'exercice, je prends mon repas de midi et je retravaille jusqu'à 17h. C'est ma journée type. En hiver je change un peu car 3 jours par semaine, je dépose mon fils à l'école, je vais jusqu'à la station de ski qui est toute proche de chez nous et je fais du ski de randonnée. C'est un exercice formidable. Je fais ça pendant une heure puis je fonce à la maison, je prend une douche et j'allume mon ordinateur. J'essaie d'avoir un équilibre de vie. Mais quand vous avez une famille, vous ne pouvez pas être l'un de ces écrivains qui travaillent jusqu'au milieu de la nuit. Il faut structurer son travail. Mais aussi je suis vraiment cette créature faite d'habitudes : je mangerais même dans le même restaurant tous les jours ; ce n'est pas bien mais si je trouve un bon resto j'y vais pour plusieurs mois de suite..

Fantasy.fr : Le fait de s'arrêter à une heure précise n'est pas parfois difficile ?



Sean Russell : Ça l'est. Mais je ne suis pas obsédé par ça à ce point. Si je suis au milieu de quelque chose qui fonctionne bien je continue jusqu'à ce que j'ai fini. Mais la plupart des jours, je travaille sur ce schéma-là.

Fantasy.fr : Vous travaillez sur une série avec Ian Dennis. Comment se sont partagées vos tâches ? Votre façon de travailler a-t-elle varié du fait de cette collaboration ?



Sean Russell : Travailler en collaboration a un bon et un mauvais côté. Le bon côté c'est que quand vous avez un problème ,vous avez deux esprits pour le régler et c'est merveilleux. J'ai vraiment trouvé ça intéressant d'avoir quelqu'un qui amène des idées et d'en discuter, j'ai vraiment aimé ça. Mais le problème arrive quand vous n'êtes pas d'accord : il veut faire une chose et vous voulez faire autre chose... alors il faut résoudre ça et ça peut être difficile. Il y a donc du pour et du contre là-dedans. Je crois qu'il est difficile, à cause des compromis qu'il faut faire, de faire un livre plus fort. Du coup je crois qu'un auteur seul crée un meilleur livre qu'une collaboration de deux écrivains. Ian Dennis et moi sommes toujours de très bons amis, comme nous l'avons été depuis des années. Je l'ai d'ailleurs eu au téléphone il a peu. Mais je ne crois pas que je retravaillerai en collaboration ; mais ça a été un expérience très intéressante. En tant qu'écrivain vous passez un nombre très important d'heures seul dans une pièce, et d'avoir quelqu'un avec qui converser était très agréable (rires).

Fantasy.fr : Dans votre présentation d'ouverture vous avez parlé de Tolkien et de Jules Verne, quelles sont vos autres influences ?



Sean Russell : Beaucoup, je crois... J'ai été influencé par beaucoup de poètes, j'aime beaucoup la poésie. Mes auteurs favoris que j'ai lu et relu étant enfant sont Mark Twain, certains écrits de Kipling. J'ai été très influencé par les auteurs modernes réunis à Paris dans les années 1920 : James Joyce, Ezra Pound, Hemingway... tout ce groupe d'écrivains. Je crois que parfois les influences des auteurs ne sont pas visibles dans leur travail parce que ce que vous apprenez d'un auteur peut être quelque chose comme écrire un dialogue, mais ça ne se remarque pas. Vous ne faites pas comme Mark Twain. Je pense donc avoir appris quelques techniques de mes lectures en lisant le travail des autres. J'ai lu beaucoup de livres, j'ai donc beaucoup d'influences.

Fantasy.fr : Continuez-vous à lire de la Fantasy et de la sciences fiction ?



Sean Russell : Pour le moment non. Mais en fait je lis très peu de fiction actuellement parce que le travail que je fournis réclame énormément de recherches. En fait, presque toutes les lectures que j'ai faites depuis 3 ans faisaient partie de ce travail de recherches. Quand vous faites des romans historiques qui fourmillent de détails pour une courte scène de dîner vous devez lire un livre sur les bonnes manières anglaises à la fin du XVIIIe siècle, à quoi ressemblaient les meubles, à quoi ressemblaient les maisons, comment elles étaient chauffées, comment elles étaient éclairées, les vêtements portés par les gens, quelles étaient les habitudes, ce à quoi ressemblait un dîner typique, comment il était servi, à quelle heure arrivait-on pour dîner, que faisaient les gens après le dîner, quel était les sujets de conversation, de quoi ne fallait-il pas parler car c'était considéré comme impoli... La quantité de recherche pour faire un minuscule scène comme ça est incroyable ! J'ai lu un livre entier sur la façon de produire du vin au XVIIIe siècle en France pour écrire un seul paragraphe dans un livre ! J'ai lu tout le livre pour UN paragraphe. Je lis constamment pour mes recherches. Je vais aller à la bibliothèque de Grande-Bretagne, la semaine prochaine pour m'immerger dans les vieux livres, les manuscrits et les lettres de la période sur laquelle j'écris. Les gens ne peuvent pas se rendre compte de ce travail de recherches. Mais j'adore faire ça...

Fantasy.fr : Et les créations de mondes purement imaginaires ?



Sean Russell : Les livres de La Guerre des cygnes ne sont pas basés sur l'Histoire. J'ai donc crée un monde plus ou moins médiéval mais imaginer tout est aussi difficile voire plus difficile.

Fantasy.fr : Quels sont vos projets et sur quoi travaillez-vous ?



Sean Russell : Je travaille sur la suite de mon dernier livre qui s'intitule Under ennemy Tower qui se situe autour de la Corse en 1794. Et quand j'ai commencé à lire au sujet des incidents qui se sont déroulés en Corse, un morceau d'Histoire dont je ne connaissais rien, je ne savais pas qu'il y avait eu brièvement une république démocratique en Corse au milieu des années 1700, en 1759 qui a été écrasée par les royalistes français et leur Roi. Et tous les troubles qui ont eu lieu en Corse. Je ne connaissais pas l'histoire de Paoli et je ne savais pas qu'à un certain moment la Corse faisait partie de l'Empire Britannique. J'ai découvert tout ça et une bonne part de tout ça est liée à tout ce qui se passe au Proche-Orient aujourd'hui. C'est le projet sur lequel je travaille.

 

 

Un grand merci à Lionel Davoust pour la traduction.

 

Les romans de Sean Russell sont disponibles dans la librairie de Fantasy.fr.

publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)