Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Grégory Morin : Un Dernier Zombie à Paris

Grégory Morin a réalisé plusieurs courts-métrages (Le dernier cri, Belle ordure en 2003). Avec Paris by Night of the Living Dead, il revient en force en nous proposant une sorte de road movie zombiesque à travers un Paris post-apocalyptique. Un court déjà culte que tout fan de morts-vivants se doit d’avoir vu au moins une fois.


Fantasy.fr a interviewé Grégory à l’occasion du Festival du Film Fantastique de Gérardmer où il était venu présenter son bébé… ensanglanté bien sûr.

Par Emmanuel Beiramar | propos retranscrits par Cyril Lenoble
26 février 2009 | Mis à jour 26 février 2009

Comment t'est venue l'idée de Paris by Night of the Living Dead ?

C'est au départ une rencontre avec un producteur, Olivier Bach, le boss des éditions Bach Films, éditeur de DVD donc. Il avait vu mon précédent court-métrage qu'il avait bien aimé et il voulait produire un film de zombies pour faire de la pub pour sa boîte et se lancer en production. Je l'ai rencontré, je lui ai proposé un truc imaginé avec le scénariste avec lequel je travaille. Mon scénariste étant un roi du jeu de mots, Paris by Night of the Living Dead  l'a beaucoup fait rire et on est parti là-dessus.


Le producteur étant partant, il n’a donc pas été trop difficile de financer le projet…

Tout à fait, le producteur voulait faire un film et il a bien aimé le scénario qu'on lui a proposé. Le scénario de départ était beaucoup plus gros avec beaucoup plus de séquences mais on s'est trouvés face à des contraintes budgétaires et on a dû réduire les choses. Le producteur, Olivier Bach, a mis tout l'argent de sa poche, il n'a pas eu d'aides... Il a vraiment fait confiance au projet. Il est un peu fou (rires) d'avoir monté un film comme ça, ce n'est pas courant. C'est quand même un bon risque...


Peux-tu parler du budget ou est-ce top secret ?

Je pense que le budget tourne autour des 60 000 euros quand même. C'est un film assez compliqué à faire parce que c'est très, très compliqué de tourner dans la région parisienne. C'est très cher et très compliqué, même si on a eu notre co-producteur et directeur de production, Eric Fantone, qui a trouvé plein d'astuces et beaucoup supplié pour qu'on tourne dans pas mal d'endroits un peu délicats comme les monuments. Pas mal de séquences différentes dans le film donc pas mal de décors... ça va vite au niveau du budget. On a eu aussi pas mal de problèmes au niveau de la météo dès qu'on a tourné. Quand on tourne en extérieur, ce sont des trucs qui peuvent arriver. On avait pas mal de difficultés : tournage à Paris et région parisienne, du maquillage, de la pyrotechnie, des tirs. Sachant que normalement on ne peut pas faire de coup de feu à Paris, on a été obligés de trouver des solutions (en banlieue) puis que tout se raccorde afin que le Paris post-apocalyptique soit crédible.


Entre le moment où tu as commencé à écrire le scénario et le montage qui vient de se terminer, combien de temps s’est-il écoulé ?

On a tourné le film début 2007 quelques mois après avoir travaillé sur le scénario. Ça n'a pris beaucoup de temps, ç'a été assez vite. Par contre après, c'est pour la post-production qu'on a eu pas mal de soucis, parce qu'on avait un peu explosé le budget pour le tournage (à cause des difficultés citées avant). Donc en post-prod’ on n'avait plus assez d'argent par rapport à ce que l'on voulait faire, on a supplié pas mal d'amis qui sont graphistes pour qu'ils bossent à côté de leur vrai travail (soit sur des longs-métrages, soit sur des pubs). Ils nous donnaient des coups de mains dès qu'ils avaient du temps. On s'est mis au son il n'y a pas très longtemps. On a eu aussi de bonnes équipes qui nous ont soutenus, dont Analog Factory qui a fait le son de Mesrine. On a préféré prendre notre temps et avoir des effets qui tiennent la route, un bon son, les bonnes personnes pour travailler sur le sound design, le mixage... On ne voulait pas bâcler le truc, même s'il n'y avait plus beaucoup d'argent. Je trouve que les gens nous ont vraiment bien aidés et que le film fonctionne pas mal. La réaction du public aujourd'hui, c'était sympa !


Il y a beaucoup d'effets spéciaux numériques, c'est une décision artistique, technique ou plutôt financière ?

En définitive, c'est plutôt une décision technique parce qu'au départ je suis plutôt pour le « tout fait sur le plateau ». J'aime vraiment plus les effets-plateau, les cascades de plateau même si je savais que le film allait comporter certains map painting pour faire les plans d'ensemble de Paris détruite. Après, vu les problèmes de tournage qu'on a eu avec la flotte, des trucs qui ne marchaient pas comme des impacts et tout ça... c'est pour ça que la post-prod a pris pas mal de temps. On y rattrape pas mal de choses. C'est pour ça qu'il y a pas mal de trucages sur ordinateur : on a rajouté des giclées de sang, boosté un peu les explosions de tête, des choses comme ça...


Ton producteur était fan de film de zombies, tu l'es toi-même. Quel est ton film de zombies préféré ?

Au départ j'ai découvert les films de Romero qui sont des chefs-d’œuvre… la trilogie des Romero, c'est certain. Durant mon adolescence, je me suis plutôt penché vers le cinéma d'horreur italien, J'ai pris une claque avec les Lucio Fulci, des films que j'adore: L'au-delà, L'enfer des zombies. Par rapport à Romero, il y a un côté vachement plus spectaculaire avec le cinémascope, un côté baroque que j'adore et des effets gores vraiment surprenants. Et puis c'est européen ! (rires) Dans les trucs récents, j'adore le remake de Dawn of the Dead (L'armée des morts) de Zack Snyder, c'est vraiment un film que je trouve très, très fun et très efficace… Et je ne suis pas du tout contre les zombies qui courent, je trouve ça assez sympa ! J'aime bien 28 jours et 28 semaines qui sont des films plutôt bien faits même si  ce ne sont pas des zombies. 28 jours s'inspire vachement de Romero, il y a tout de même des personnages qui font que l'histoire est vraiment intéressante. C'est vraiment une relecture du genre qui est intéressante.


Peux-tu nous parler de tes projets ?

C'est vraiment sûr pour moi, à moins que l'on me paye une fortune, mais ça sera mon dernier court-métrage car on met vraiment beaucoup de temps à terminer un projet. Un court-métrage c'est vraiment beaucoup de temps. Avec les producteurs de mon précédent court-métrage on avait développé un projet de long-métrage qu'ils ont fait circuler pour trouver un financement. Pour l'instant c'est un peu en stand-by car ils n'ont pas trop trouvé d'argent. C'est un film d'horreur qui se passerait en huis clos dans une maison de retraite pendant la canicule où la seule façon que les vieux trouvent pour se désaltérer est de boire le sang des infirmières. Un truc assez gore et un peu décalé, un peu humoristique. Je crois que maintenant pour monter un film de genre, il faut rester plus dans le terre-à-terre et le mélange c'est assez compliqué. Essayer de monter des films pas forcément surprenants mais différents. J'ai rencontré hier John Landis sur le festival et pour Le loup-garou de Londres, il y a un côté horrifique qui marche aussi bien que le côté comédie décalée, et c'est vraiment un film que j'adore.
 

publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)