Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Go Nagai : maître des mechas

Go Nagai (Kiyoshi Nagai) est né le 6 septembre 1945. Il aspire très jeune à devenir mangaka après avoir lu avec fascination le manga d’Osamu Tezuka, Lost World. Sa première oeuvre, Meakashi Polikichi, est publiée dans le numéro de novembre 1967 du magazine Bokura (Kôdansha). En 1972, les versions animées de Devilman et Cutie Honey arrivent à la télévision. Suivent Great Mazinger et UFO Robot Grendizer (Goldorak). Ce dernier sort trois ans plus tard en Europe, marquant ainsi le début d’une renommée internationale.

Fantasy.fr a pu interviewer le père de Goldorak lors de son passage à Paris, à l’occasion de Japan Expo. Nous remercions chaleureusement le festival et D/VISUAL INCORPORATED quiont rendu cette interview possible.

Par Emmanuel Beiramar | Lawrence Rasson / Mehdi Zourgani (traduction française : Grégory Bouet)
2 octobre 2008 | Mis à jour 10 octobre 2008
Go Nagai : maître des mechas
Go Nagai : maître des mechas

Pouvez-vous vous présenter et parler de votre parcours ?

Je viens de fêter ma quarantième année comme auteur de manga. Durant toutes ces années, j’ai écrit et dessiné tellement de choses, que j’aurais bien du mal à en choisir ou en citer certaines en particulier. En Europe, mes personnages de robots comme Goldorak (UFO Robot Grandizer au Japon) et Mazinger Z sont surtout populaires grâce aux adaptations en dessins animés.  Nombre de lecteurs connaissent aussi des séries comme Devilman et Cherry Miel (Cute Honey au Japon.)



Vous êtes en quelque sorte le précurseur du style « Mecha ». Comment en êtes-vous arrivé là ?

Bien avant que je débute ma carrière, nombre d’écrivains de manga de la génération précédente, comme Maître Osamu Tezuka, avait sorti des histoires de robots. Je pense à Astroboy (Tetsuwan Atom au Japon) par exemple. Cependant, quand je lisais ces histoires, je me demandais toujours comment faire pour que le lecteur s’identifie à ces personnages de métal.  Je pense avoir réussi avec Mazinger Z, où un homme entre dans le robot pour le piloter.



Que pensez-vous des œuvres plus récentes dans le style « Mecha », comme Evangelion ou les dernières versions de Gundam ?

Je pense que ce sont tous des créateurs très talentueux. En fait, ils ont simplement repris ma notion du pilote à l’intérieur du robot élaborée des années auparavant. En revanche, ils sont parvenus à injecter de nouvelles idées dans ce concept. Et avec beaucoup d’inspiration et de flair ! Ils ont produit d’excellents animes.
 


Où puisez-vous votre inspiration ?

Je tire mon inspiration d’images qui apparaissent subitement dans ma tête. Des sortes d’illuminations. Je ne peux donc pas évaluer ce qui provient de mon expérience personnelle ou ce que j’aurais vu ou lu par le passé (et qui serait resté stocké dans mon subconscient). Si on prend Mazinger Z comme exemple, son image m’est apparue d’un coup, juste sous mes yeux. Ce moment précis marque la naissance de ce personnage.

 


Qu’avez-vous pensez des trois OAV Cutie Honey ?

[ NDLR : La question portait sur la série de trois OAV Re : Cutie Honey produites par Gainax et réalisées par M. Hideaki Anno. Mais l’interprète a confondu avec les versions live sorties cette année].
Cutie Honey est un personnage que j’ai d’abord créé en manga avant de le transposer en anime. Pourtant, et ce depuis le début, j’ai toujours voulu en faire un film. Je suis plus particulièrement satisfait de Cutie Honey The Live, car je trouve l’actrice principale (Mlle Mikie Hara) parfaite dans le rôle de Cutie Honey. J’ai donc beaucoup apprécié.
 



Sur l'ensemble de votre carrière, quelle est l’œuvre qui vous a le plus marqué. De laquelle êtes-vous le plus fier ?

Je crois qu’on devrait bien différencier le manga et l’anime. En manga par exemple, je pense que Devilman est celui pour lequel j’ai le plus d’affection.  Il était très difficile à concevoir, tant physiquement que psychologiquement, alors il m’a marqué. En animation, je citerais Mazinger Z, parce que c’était la toute première série sur un robot (dans le monde, mais aussi Goldorak, car il s’agissait d’une suite plus travaillée et soignée de Mazinger. A priori, ce sont mes deux [séries] préféré[e]s.
 



Dans Goldorak ou Devilman, aviez-vous un message à faire passer ou étiez-vous dans un pur processus artistique ?

Devilman et Goldorak abordent le même thème, mais sous deux angles très différents. Dans le cas de Devilman, on a une évocation très brutale et directe des hommes qui se livrent une guerre fratricide, jusqu’à ce que leur bestialité pousse l’humanité à la destruction.
Dans Goldorak, de pauvres terriens se retrouvent impliqués dans une guerre intergalactique opposant le Duc Fleed à Véga. Ainsi, il ne s’agit pas de l’histoire d’un conflit entre êtres humains, mais de la saga épique de quelques braves jeunes gens qui soutiennent le Duc Fleed dans sa guerre contre l’envahisseur extra-terrestre.
Ainsi, là où Devilman est une histoire très sombre et à l’atmosphère oppressante, Goldorak parvient à distraire avec une grande légèreté.
 


Par certains côtés, vous vous rapprochez de l’aspect humaniste des récits de M. Tezuka…

Enfant, je lisais beaucoup de mangas du Maître Tezuka. C’était un artiste qui a écrit des dizaines d’histoires tournant autour de la guerre et de la possible destruction de la Terre causée par la bêtise humaine. J’imagine que la lecture de ces mangas, avec ce thème sous-jacent, a fortement influencé ma narration.



Le fantastique, la science-fiction occupent une place importante dans votre oeuvre. Quels ont été les auteurs, les récits qui vous ont inspiré, qui vous ont donné envie de traiter ce genre ?

J’aime beaucoup les romans de Sakyo Komatsu et les manga d'Osamu Tezuka. En ce qui concerne les films… il y en a des centaines, beaucoup des années 1960, mais aussi de plus récents. Pour ne citer que quelques auteurs étrangers, je dirais John Wyndham, un anglais que j’aime beaucoup ; Alfred Elton van Vogt, un romancier canadien d’origine hollandaise ; Sir Arthur Charles Clarke ; Robert A. Heinlein et beaucoup d’autres.

 

Lire l'interview de M. Go Nagai en anglais.

publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)