Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Dave McKean tombe le masque

Dave McKean est illustrateur, musicien, réalisateur. Il a collaboré de nombreuse fois avec Neil Gaiman sur des titres comme Sandman, MirrorMask, Le jour où j'ai échangé mon père contre deux poissons rouges, Des loups dans les murs ou encore Violent Cases...

Par Emmanuel Beiramar
27 août 2008 | Mis à jour 27 août 2008

Vous êtes un artiste polyvalent. Vous avez exercé sur différents supports : BD, albums pour enfants, couvertures de disques... Quels sont vos meilleurs souvenirs ? Avez-vous des préférences concernant le média sur lequel vous travaillez ?

Non, pas de préférence. J'aime faire des choses différentes et continuer à faire des choses différentes. Mes meilleurs souvenirs sont pour le comic book Cages et pour les livres pour enfants Les loups dans les murs. J'ai aimé faire des courts-métrages mais pas le long-métrage. Plusieurs sortes de choses...

 

Y a-t-il des thématiques qui vous intéressent plus particulièrement ?

La vie fantasmée (NDLR : il dit « Fantasy Life »), mais je ne donne pas un sens large au mot Fantasy. Pour moi la Fantasy ce n'est pas Le seigneur des anneaux, ou les fées ou les gobelins et les choses comme ça. Je pense que la Fantasy c'est la vie en rêve, le passé, nos espoirs en l'avenir et tout ce qui n'est pas maintenant. Tout ce qui ne se passe pas dans la minute, c'est de la Fantasy, ça existe dans nos esprits. Les souvenirs... J'aime travailler avec ça et avec la façon dont l'esprit fonctionne, et le monde réel. Je ne m'intéresse pas aux histoires de Fantasy avec des fées et des gobelins. J'aime travailler avec le monde réel mais au travers des rêves et des souvenirs.

 

Vous êtes reconnu en tant qu'artiste à part entière. Quand vous dessinez des comics ou ce genre de chose, cela reste-t-il aussi important que d'autres créations ou est-ce que cela devient une sorte de récréation ?

Non, c'est plus professionnel, l'histoire doit être expliquée et je dois trouver les bonnes images qui correspondent à cette histoire. Ce n'est donc pas vraiment particulièrement un jeu. Je dois me concentrer pour le faire, écrire, arranger et trouver une façon de le faire. Les esquisses sont plus amusantes et récréatives : faire des esquisses dans mon carnet et jouer avec les images. Utiliser un ordinateur est aussi très amusant car tu peux sauvegarder, déplacer les choses très rapidement.

 

Dans quelles mesures vous êtes-vous impliqué dans le scénario de MirrorMask avec Neil Gaiman ?

C'était une commande en fait. Lisa Henson, la fille de Jim Henson (NDLR: Le papa du Muppet show) avait un contrat pour faire un autre film de Fantasy comme ceux que Jim avait faits, Labyrinthe et Dark Crystal. Mais il n'y avait qu'un budget très, très petit. Ils n'arrivaient pas à trouver comme le faire. Lisa a vu mes courts-métrages et connaissait un peu Neil. Nous nous sommes eus au téléphone... Ça devait être un film de Fantasy pour un public familial, pour la jeunesse. Il devait être peu coûteux et si on arrivait à trouver 2-3 choses à faire, alors on pouvait faire le film. Nous avions fait des livres pour enfants ensemble et nous y avions pris du plaisir ; j'avais fait mes courts-métrages pour presque rien... Nous avons trouver des séquences bizarres et intéressantes. On a eu très peu de temps pour arriver à faire quelque chose.

 

Combien de temps aviez-vous ?

Quelques semaines, pour décider de ce que l'histoire pourrait être. Et c'est probablement le problème parce qu'on a besoin de plus de temps pour faire ça. Ils ont dit « Fantastique, nous allons faire ça ! » dès le premier jet, ce qui est fou car ça n'arrive jamais ! Mais pour quelque raisons que ce soit, ils ont décidé de faire ça... Et là encore ça a été une erreur, car nous aurions dû avoir plus de temps pour développer tout ça. Une situation étrange, très inhabituelle...

 

N'avez-vous pas été déçu par le fait que le film n'ait pas été diffusé en salles dans certains pays comme en France où il est sorti directement en DVD ?

Non, pas vraiment. Je ne pense pas qu'il soit assez bon. S'il avait été meilleur je me serais battu pour qu'il sorte en salles. Comme il est, et il est ce qu'il est, il y a de belles choses dedans, les acteurs sont très bons, et je pense qu'il y a de l'imagination dedans. Mais il n'est pas assez bon... Ça fera une bonne sortie en DVD et le gens pourront le trouver. Le problème avec les films qui sortent au cinéma c'est la publicité qui est faite autour. Et la publicité doit dire « C'est un film fantastique ! Vous devez venir voir ce film génial ! » et celui-ci ne l'est pas. C'est souvent plus sympa de découvrir des films comme ça en DVD ou à la télévision. Tu ne sais rien de lui et tu le découvres comme ça, c'est certainement une meilleure vie pour ce film plutôt qu'un gros show.

 

Si vous pouviez le refaire, le feriez-vous ou pas ?

Je repartirais du même point de départ. J'adorerais faire un autre film de Fantasy, même un autre film pour les enfants, ça ne me dérange pas. J'ai moi-même des enfants et c'est bien de faire ça. Mais je ne referais pas ce script et je ne le ferais pas dans une telle précipitation. Dès le départ je voudrais une bonne année pour écrire, pour le développer, pour y réfléchir... Sans parler des problèmes matériels. Et avec toutes les choses que j'ai apprises sur la production d'un film, je partirais d'une position plus confortable.

 

Le referiez-vous avec Neil et Lisa ?

Je le referais avec les Henson, et j'aimerais refaire quelque chose avec Neil, mais plus tard. Pour le prochain film, je veux faire quelque chose seul. Ça n'a absolument rien à avoir avec Neil... Je fais mes courts-métrages seul et j'en suis très content. J'aime les montrer. Et j'aimerais essayer de faire un long-métrage qui ait mon propre ton avant de retravailler sur celui de quelqu'un d'autre.

 

Pouvez-vous nous parler de Signal to noise qui est l'histoire d'un scénariste qui essaie de finir un film qu'il ne terminera jamais vu qu'il est mourant. Peut-on faire un parallèle avec MirrorMask car ce n'était pas gagné d'avance qu'il soit réalisé ?

Oh, non ! Je pense pas qu'on puisse faire un parallèle. J'espère que Signal to noise sera le prochain film que je ferai (NDRL : McKean a réalisé depuis Luna). Parce que j'ai toujours bien aimé la question centrale du livre, mais je ne pense pas que le livre soit très bon. Il ne traite pas vraiment très bien le sujet, ni assez profondément. J'ai écrit un script qui dépasse énormément le livre. J'aime vraiment ce script et c'est, je l'espère, le prochain film que je ferai. J'espère aussi que cela sera un bien meilleur film.

 

À propos d'autres projets, il a été annoncé, un temps que vous alliez adapter le comic book Varjak Paw

Il y a deux livres à aujourd'hui. Ils sont sortis et ont très bien marché. Je travaille sur le film d'animation. J' ai écrit les premiers brouillons...

Il s'agira d'un film en 3D mais avec une sensibilité de 2D. Tout aura plutôt l'air dessiné mais nous le ferons en 3D avec un look particulier.

 

Le film est prévu pour quand ?

Aucune idée ! Si ça se fait, ça sera 2009. Cela représente beaucoup de travail et beaucoup d'argent. Lisa Henson le produit mais aucun studio n'a pris part au projet pour le moment. Cela va donc prendre du temps.

Nous avons fait les premiers jets et nous avons déjà beaucoup changer l'histoire des livres. Nous nous sommes beaucoup questionnés à propos des copyrights et de l'auteur S.F. Said. Il a été surpris de la façon dont nous avons interrogé tous les aspects du livre et comment nous les avons modifiés. Actuellement nous en sommes au deuxième jet, et nous faisons encore de gros changements. C'est ce dont a besoin le script d'un film : il a besoin de ce temps de développement.

 

L'auteur est d'accord avec ces changements ?

Il trouve ça bien. Les auteurs réagissent différemment face à ce genre de travail. Je crois que S.F. trouverait ça plus difficile s'il n'était pas impliqué dedans, et si ça avait été transformé en quelque chose qu'il n'aimait pas. Mais en fait il aime les changements que nous avons faits. Il a aussi beaucoup appris du processus. De tout questionner, tous les mobiles, tous les personnages, pourquoi font-ils si ou ça, comment le font-ils. Ce sont des choses sur lesquelles on a moins à s'interroger dans un roman grâce au verni le langage. Tu lis et et tu voyages avec. Les films sont très, très différents. Avec un film tu es un observateur ; on ne te raconte pas les choses avec la langue d'un livre et tu ne crées pas tes propres images dans la tête. On te montre tout, donc absolument tout doit être vrai. C'est à cause de ça que la plupart des films sont être bons ou mauvais. La plupart des films ont des choses qui ne marchent pas parce que c'est très difficile de faire en sorte que tout marche dans les moindres détails dans un vrai monde parfaitement réel pendant 2 heures. C'est vraiment très très difficile à faire et très peu de films y arrivent.

 

Il y a beaucoup de films de Fantasy depuis Le seigneur des Anneaux de Peter Jackson, et vous avez participé à Harry Potter (NDLR : sur Le prisonnier d'Azkaban et Harry Potter et la coupe de feu). Y a-t-il un film que vous préférez ?

J'ai tendance à ne pas trop aimer ces films. Je veux dire qu'ils m'ont plu, j'ai été les voir avec ma famille. La trilogie du Seigneur des Anneaux est extraordinaire et les films sont incroyables mais ils ne veulent pas dire grand-chose à mes yeux. Il n'y a que peu de films qui utilisent les effets numériques pour raconter des histoires très étranges et inhabituelles et qui permettent de voir ce que les gens pensent et ressentent. Des films comme Dans la peau de John Malkovitch ou Eternal suneshine of a spotless mind, Frida, Fight Club, Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain. C'est ce genre de films que j'adore. Ils parlent tous de vraies personnes dans de vraies situations, mais ils te montrent le monde avec une part d'éternité. D'une façon psychologique. J'adore vraiment tous ces films. Je les considère comme de la Fantasy mais ce n'est pas ce que pensent la plupart des gens.

 

Vous aimez tourner avec les gens mais vous avez aussi fait du théâtre avec la compagnie unauthorised sex company. Existe-t-elle toujours ?

J'en ai fait partie très peu de temps. La compagnie n'existe plus. Cela a juste duré à peu près un an, le temps d'un festival de théâtre et une paire de représentations. Nous étions trois auteurs de science-fiction et moi.

 

Qu'est-ce qui vous a poussé à participer à cette expérience ?

Je n'avais pas spécialement envie de faire du théâtre mais j'étais ami avec ces trois auteurs de science-fiction et je suis également musicien (NDLR : Dave est pianiste de Jazz). Ils avaient besoin d'une performance musicale, de projection et diverses choses que je pouvais faire. Je me suis donc amusé avec eux mais je n'avais une ambition vis-à-vis du théâtre.

J'ai également fait du design pour un music-hall à New York. C'était horrible, terrible. je ne referai jamais ça.

L'un de mes livres pour enfants Les loups dans les murs a été adapté pour la scène. C'est adorable, c'est un très beau spectacle, très amusant. Avec des enfants qui manipulaient de grosses marionnettes de loup.

 

Vous avez parler de musique. Peut-on comparer votre travail artistique au Jazz qui est à la fois très libre et en même temps très cadré ?

Oui, probablement. C'est la façon dont j'aime écrire. Et Neil et moi nous avons vu quand nous avons fait MirrorMask que nous travaillons de façon très différente. Nous avons des personnalités très différentes, nous écrivons de manière très différente, faisons probablement tout de façon très différente. J'aime savoir où je vais, alors j'aime connaître la chanson, j'aime connaître le terrain. Je suis ensuite heureux de jouer et d'improviser, de trouver de nouvelles façons de la jouer, de trouver de petites digressions intéressantes. Mais je dois connaître l'épine dorsale du titre, sinon je ne sais pas pourquoi je le fais, je joue des choses sans raison. Je dois savoir que je fais quelque chose qui a de l'intérêt.

 

Êtes-vous le genre de personne qui écrit la fin en premier ?

Absolument. En fait, je dois savoir ce qui se passe à la fin et je dois savoir ce qui se passe au début. Je dois aussi connaître le thème et le point de vue, sinon je suis complètement perdu. La question qui me fait me perdre est Pourquoi je fais ça ? Pourquoi je fais ça plutôt qu'un million d'autres histoires ? Il faut qu'il y ait une raison qui rende celle-ci spéciale, pour que je passe autant de temps dessus. Faire un comic book ou un film ça prend des années en fait. Alors pour y passer tout ce temps, il faut qu'il y ait une raison.

 

Vous changeriez donc pas une fin pour les fans ?

En fait cela ne s'est jamais produit. Je ne changerais pas une fin de manière arbitraire.

 

Il faudrait une très bonne raison.

À la fin de Signal to noise le personnage meurt. Au début du livre il apprend qu'il va mourir et à la fin du livre, il meurt. Le film (plutôt que le livre) raconte l'écriture d'une histoire qu'il écrira de toute façon, des gens qui attendent la fin du monde en l'an 999, mais en utilisant cette histoire pour porter un regard sur sa propre vie, les événements et les gens faisant partie de celle-ci. Il peuple l'histoire avec des personnages représentant ses ex-femmes etc. Je ne peux pas écrire ça et puis dire : « Oh, en fait il va aller mieux » et il y aura une fin heureuse. Ça enlèverait tout le propos de ce travail.

 

Vous faites des dessins, de la musique, un peu de théâtre, vous êtes réalisateur. Y a-t-il encore quelque chose que vous n'ayez pas encore fait et que vous désespérez de faire ?

Oui, je veux faire un BON film, faire de BONS décors de théâtre. J'aimerais refaire un roman graphique parce que j'ai vraiment adoré faire Cages mais je l'ai fait il y a assez longtemps. Il me paraît un peu vieux maintenant même si j'en suis toujours très fier. J'aimerais en faire un autre qui serait actuel. C'est ce après quoi je cours tout le temps : faire les choses bien.

Malheureusement, le processus de « fabrication » des longs-métrages ruine tout pour moi. Tu le vois trop de fois, il y a trop de compromis, pas parce que les gens demandent des compromis mais juste parce que c'est chaotique et que c'est difficile de faire en sorte que les choses marchent correctement tout le temps. Quand 30 personnes te posent une centaine de questions tous les jours, tu ne peux avoir bon tout le temps, tu te trompes. Et en plus tu ne peux pas dire « Je ne sais pas », parce que c'est ton boulot de savoir. Alors tu dis quelque chose et tu espères que tu as raison. La plupart du temps tu as raison, parfois ce n'est pas si mal et tu feras mieux après, mais parfois tu as tort. Tous ces compromis se retrouvent dans le film qui devient difficile à regarder. Je ne peux plus regarder MirrorMask maintenant. Voilà tout le problème avec moi !

 

Interview réalisée le 22 décembre 2006 lors d'une soirée organisée par les éditions Au diable Vauvert, le cinéma Le Méliès et la librairie Folies d’Encres.

Traduction : Cyril Lenoble.

publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)