Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Yoshiyuki Sadamoto à travers le temps

Yoshiyuki Sadamoto a travaillé sur Macross, Les Ailes d'Honeamise, Nadia, le secret de l'eau bleue, Neon Genesis Evangelion ou encore La Traversée du Temps.

Fantasy.fr a interviewé cette figure emblématique de l'animation japonaise à l'occasion de son passage à Japan Expo en juillet dernier.

Par Alexandre Levasseur | Lawrence Rasson
20 août 2008 | Mis à jour 2 octobre 2008

Pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?


Et bien, comme beaucoup de monde, j'aimais les animes quand j'étais enfant, mais je n'avais pas l'intention de devenir animateur.
Un jour un de mes amis d'étude est venu me chercher et m'a proposé de travailler en freelance sur la série Macross. J'ai dit oui, et ce fut mon premier contact avec le monde de l'animation.
En fait, c'est monsieur Mahiro Maeda qui m'a demandé de travailler avec lui et quand j'ai intégré le staff de Macross, tout de suite après monsieur Yamaga, directeur de la Gainax, m'a embauché au sein de son studio.

 

Etiez-vous présent lors de la réalisation du court-métrage Daicon 4 ?

Oui, j'étais directeur de l'animation.


Pouvez-vous nous expliquer comment vous parvenez à imaginer vos différents personnages, et de quelle manière vous les rendez si iconiques ?
Comment vous sont venus des personnages comme Rei Ayanami ou encore ceux de Nadia ?

Pour Nadia, vous savez que dans le roman de Jules Verne, le capitaine Némo est sensé être une personne noire. Je me suis donc inspiré de ceci.
Pour le personnage de Nadia, j'ai procédé de la même manière que pour Némo et j'ai ajouté des références que j'aimais comme Cléopâtre, reine d'Egypte. J'ai en plus accentué son côté gitane avec les bijoux pour justifier le fait qu'elle travaillait dans un cirque.
C'est en faisant un amalgame de tout cela que j'ai développé ce personnage.


Pour Ayanami Rei c'est plus difficile. C'est un personnage très difficile à cerner à vrai dire. Je ne sais pas comment je l'ai créé, peut-être ai-je eu la grâce.
Une sorte de vision, une image que j'avais dans un coin de ma tête et qui m'a permis de l'inventer.
Si je me souviens bien, à l'époque il y avait une chanson connue d'un groupe dont la traduction littérale du titre était La fille aux bandelettes.
Cette chanson racontait l'histoire d'une fille qui allait aux bains publics et lorsqu'elle se déshabillait, elle était couverte de bandelettes à cause de blessures.
Cette image m'a interpellé et j'ai trouvé que visuellement parlant cela pouvait être vraiment pas mal.
J'ai donc commencé à développer le personnage à partir des paroles de cette chanson et en même temps j'ai pu coucher sur le papier Ayanami Rei.


Dans Nadia, pourquoi avoir choisi comme base narrative le roman 20000 lieues sous les mers ?

En fait il faut savoir que lorsque que la NHK a demandé de faire une nouvelle série, monsieur Miyasaki avait proposé d'adapter le roman de Jules Verne tel quel. Pour des raisons que je ne connais pas le projet fut refusé et Miyasaki est parti sur le projet de Laputa avec les studios Ghibli. Quand ils ont vu le succès de Laputa ils ont regretté et ont redemandé à Miyasaki de reprendre le projet. Ce dernier a refusé par manque de temps. Alors la NHK a lancé une compétition entres plusieurs studios.
La Gainax a été retenue et c'est ainsi que Nadia a pu voir le jour.



Vous avez illustré la jaquette d'un album de Eric Clapton : Pilgrim. Comment s'est passée la rencontre ?

Quand Eric Clapton a décidé de faire une tournée au Japon, il voulait faire réaliser une jaquette par un illustrateur. Mais l'artiste qui avait fait la pré-jaquette à cette époque n'avait pas réussi à séduire Clapton.
Comme il était au Japon à ce moment là, il est allé voir avec son manager des artbooks dans des librairies japonaises.
Il avait peu de temps pour boucler le visuel de son disque et a décidé de demander à un dessinateur japonais.
En arpentant les librairies il est tombé sur l'artbook Alpha et a tout de suite été séduit.
Le lendemain je recevais un coup de téléphone de son manager me demandant si en une semaine je pouvais réaliser  une illustration.
J'ai rencontré Monsieur Clapton à son hôtel ou il m'a fait écouter les 2 chansons disponibles et tirées de Pilgrim.
Dans le clip il m'a expliquait qu'il sortirait de l'eau avec un chapeau derrière, etc.
C'est avec cette description que j'ai imaginé la jaquette de l'album.



Dans vos travaux les plus récents on compte "La traversée du temps", qui a été primé à Annecy. Quel effet cela vous fait-il d’être associé à ce succès ?

Gagner le second prix du festival m'a fait très plaisir même si je n'ai établi que le design et que je n'ai pas travaillé sur l'animation.
Pour être franc avec vous c'est plutôt Monsieur Osoda qui a gagné le prix et lorsqu'il l'a eu, j'avoue avoir été ravi pour lui.
Quelque part, j'étais un peu désolé de n'avoir pu travailler plus sur ce film et de n'avoir fait au final que le design, mais c'est ce qui était prévu dès le départ.
Le film a été récompensé par le monde entier car Annecy est un festival où les gens viennent de partout. C’est fantastique pour moi et pour l'équipe.



Les ailes d'honneamise est un film encore très impressionnant aujourd’hui, Comment un studio aussi jeune est-il parvenu à faire une telle œuvre ?

En fait je ne sais pas ...
Pourquoi nous a t-on a donné une telle responsabilit ? C'était à peine croyable.
A cette époque nous venions de terminer Daicon 4, un générique pour un grand festival de SF très connu au Japon.
Je pense que monsieur Watanabe Shigeru, qui était à l'époque chez Bandai, a apprécié notre vision de la SF qui devait  différer de ce qui était montré jusqu'à présent et que Bandai voulait peut-être produire un film novateur.
En fait, on nous a fait confiance et on s'est jeté à l'eau. On se demande encore parfois pourquoi on a confié un aussi gros projet à une équipe si jeune (25 ans en moyenne).


Avez-vous encore des rêves aujourd'hui, des choses que vous aimeriez faire, créer ?

En fait j'avoue que ce n'est pas un rêve extraordinaire, mais j'aimerais produire une œuvre originale qui serait proche de mon univers personnel.
Bien sûr jusqu'à présent j'ai travaillé sur de nombreuses œuvres mais c'est vrai que je n'ai pas encore trouvé celle que je veux vraiment faire.
Je ne peux d'ailleurs pas vous en dire le genre car je ne l'ai pas encore clairement défini moi même.
Cependant je préférerais la faire en tant que directeur de l'animation ou animateur car je ne suis pas quelqu'un capable de motiver et de diriger un staff.
Je suis plutôt du genre à énerver le réalisateur.
Et puis j'ai tenté une fois l'expérience et ce n'était pas pour moi… Mais j'espère avoir l'occasion de pouvoir faire une œuvre qui me tient à cœur avec le staff qui pourrait m'aider à réussir cet exploit.

publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)