Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Kristanna Loken : she's back !

Après être devenue top-model, Kristanna Loken entame une carrière d'actrice. Si on la découvre dans des séries télévisées comme Loïs et Clark, Mortal Kombat ou Sliders, les mondes parallèles, elle devient connue du grand public avec Terminator 3 : le soulèvement des machines.  Elle depuis tenu des rôles dans des films comme L'Anneau sacré, BloodRayne, In the Name of the King: A Dungeon Siege Tale, et des séries comme L World ou Painkiller Jane qu'elle est venue présentée à Gérardmer.

C'est à cette occasion que Fantasy.fr a pu l'interviewer en compagnie de DVD Alliance et FilmsActu.
Par Emmanuel Beiramar | Emmanuel Beiramar et traduits par Cyril Lenoble'Kristanna Loken : she's back !
16 avril 2008 | Mis à jour 16 avril 2008
Kristanna Loken : she's back !
Kristanna Loken : she's back !
Kristanna Loken : she's back !
Kristanna Loken : she's back !

Pouvez-vous nous parler du début de votre carrière dans le cinéma et la télé ?

J'ai commencé en 1993 dans le soap-opera As the world turns (NDLR: soap qui a commencé il y a 52 ans ! Mais qui n'est pas diffusé en France). C'était mon premier boulot payé, j'avais 13 ans.
Les débuts n'ont pas été faciles. c'est vraiment un métier qu'il faut aimer vouloir faire, être prêt à travailler très dur. Ce n'est pas facile de percer. J'ai grandi dans l'état de New York. Un jour, je regardais un film et j'ai demandé comment on pouvait faire ça. Ma mère avait été mannequin et mon père avait joué la comédie. Il m'a emmenée à New York et présentée à ses anciens agents et j'ai commencé à travailler avec eux puis de là il y a eu un effet boule de neige !

Vous avez travaillé pour la télé et le cinéma, quelle est la principale différence entre les deux ?

Pour la télévision ça va beaucoup plus vite. Au cinéma vous avez 2 heures entre le début et la fin. A la télévision le challenge est un peu plus important, car il y a plusieurs épisodes qui se suivent, la vie du personnage continue, et on ne sait pas comment ça va finir. Alors le processus de création est plus long. Dans un film, votre personnage va du point A vers le point B et vous savez ce qui va se passer ; vous avez plus de temps, c'est en quelque sorte plus relax. Pour la télé, ça va très vite, il y a 10 pages de dialogues par jour, c'est vraiment plus rapide.

Votre rôle le plus célèbre c'est celui de TX, dans Terminator 3. Comment avez-vous eu ce rôle et que pensez-vous de ce tournage ?

En fait, j'ai fait comme tout le monde, j'ai passé un casting ! Ils ont auditionné des milliers de femmes dans le monde entier. J'avais le sentiment d'être idéale pour le rôle, j'avais adoré la performance de Robert Patrick dans Terminator 2, je pense qu'il est merveilleux pour le rôle. Mon père a appelé cet été les Jeux Olympiques : j'ai fait mes propres jeux en m'entraînant pour ce rôle. L'audition s'est déroulée en 5 phases me semble-t-il.
C'était très physique. Ils voulait que je fasse un nombre important de mouvements différents, que j'ai des qualités physiques, plein de choses différentes. Je pense que j'avais la taille et la plastique qu'ils recherchaient. Je suis très active, je fais du sport. Tout cela correspondait bien au rôle.

Après ça vous avez travaillé deux fois avec le réalisateur Uwe Boll sur "BloodRayne" et "Dungeon Siege", deux adaptations de jeux vidéo. Êtes-vous une joueuse ?

Non, pas du tout ! J'ai fait ces 2 adaptations et il y a eu un jeu tiré de Terminator basé sur mon personnage, donc sur moi je suppose . Mais je ne joue pas...

Dans les 2 films de Uwe Boll, il y a des épées, des chevaux, vous avez eu d'autres expériences physiques.

Je suis une cavalière. J'ai grandi en faisant du cheval, alors les chevaux sont une partie importante de ma vie : je les aime et c'était facile. J'avais déjà travaillé avec des épées sur le film L'Anneau sacré. C'était un film médiéval et je jouais le rôle de la reine Brunnhild d'Islande. On travaillait avec de grosses épées, des haches, des boucliers, des lances... il y avait beaucoup de combats différents. Je me suis entraînée intensivement pour ce film alors quand j'ai fait BloodRayne, j'étais prête, avec de bonnes bases. Pour Dungeon Siege, l'entraînement a été assez différent car je suis censée vivre dans la forêt avec ma bande de femmes. Il y a de l'escalade et beaucoup d'acrobaties, Chaque rôle demande un entraînement particulier.

Vous savez certainement que Uwe Boll est considéré par certains comme un génie et que pour beaucoup d'autres il est très mauvais. Qu'est-ce qui vous a poussé à jouer dans ses deux films ?

L'avez-vous déjà rencontré ? On ne peut pas s'empêcher d'aimer Uwe Boll, c'est impossible. C'est un type génial et naturel, attentif, c'est une personne bonne et drôle. Il est très calme sur le plateau et vous donne la liberté de créer ce dont vous avez envie. Il assez peu orthodoxe et j'aime ça.

Pouvez-vous nous parler de votre rôle dans la série télé "Painkiller Jane" que vous présentez, ici à Gérardmer ?

Painkiller Jane a été un travail à la fois amusant et laborieux. J'avais la double-casquette de producteur exécutif et de rôle principal. L'ensemble de cette expérience a été merveilleuse. J'avais un contrôle créatif complet. Toutes les questions passaient par moi. Nous avons travaillé 15 heures par jour pendant 8 mois ! Nous avons tourné dans 2 pays différents, à Vancouver (Canada) et à Budapest (Hongrie). J'adore le comic, Jimmy Palmiotti, et le personnage qu'il a crée : un de ces formidables héros qui se demande pourquoi tout ça lui arrive. En plus, elle n'est pas trop lisse, elle boit un peu trop et elle ne fait pas tout bien. C'est un personnage très humain, auquel on peut faire confiance, et qui fait face à des problèmes très inhumains.

Vous semblez connectée au monde de l'imaginaire ? Est-ce un domaine que vous aimez en livre ou en film ?

Pas vraiment ! (rires) Je pense que le monde de l'imaginaire m'a attrapée et j'ai eu beaucoup de plaisir dedans. Quand j'étais enfant j'avais beaucoup d'imagination et je me créais plein d'histoires dans la tête et en quelque sorte je n'ai jamais arrêté et j'aime laisser courir mon imagination. Je me suis vraiment amusée à jouer ces personnages d'un autre monde qui repoussent les limites de ce que je peux créer. Mais ce n'est pas du tout la seule chose que je veux faire, j'ai aussi participé à d'autres projets qui étaient complètement différents comme la série L Word. J'ai produit mon premier film indépendant l'année dernière, Lime salted love, qui raconte une histoire très humaine de trois jeunes gens à Los Angeles qui cherchent qui ils sont à travers leur sexualité. C'est un film très sombre et provocant. J'ai un autre film sur lequel je collabore avec mon père qui écrit en le scénario. Un film politique qui traite de la crise de l'immigration aux Etats-Unis et dans les autres pays.

C'est surprenant, vous avez travaillé dans de grosses productions comme T3 mais aussi dans le cinéma indépendant ! Vous aimez les deux ?

Tout à fait,  du moment que le travail est bien fait et que c'est ce que j'ai envie de faire. La chose la plus importante, c'est que je puisse rentrer à la maison après ma journée de travail et que je puisse en être satisfaite. Je ne pourrais pas faire un film uniquement pour l'argent. Je ne pourrais pas me vendre, je travaille avec mon coeur. Ça serait trop difficile de faire quelque chose que je ne voudrais pas vraiment faire. La taille ou l'échelle du projet ne sont pas importantes pour moi, c'est le contenu qui fait la différence.

Que pensez-vous de Géradmer, la ville, le festival, les gens, le public ?

Beaucoup de bien. Je suis assez surprise de voir la taille du festival. J'ai vu des films très intéressants. Je me suis bien amusée. C'était vraiment agréable de faire partie du jury et de voir les films, de discuter, d'avoir l'avis des autres. Concernant la ville, j'aurais voulu de la neige ! J'ai apporté tout mon équipement de ski et il n'y pas de neige (rires)! Mais je vais réussir à aller skier quelque part.

Avez-vous aimez la réaction du public à la présentation de "Painkiller Jane" ?

Oui, tout le monde semblait très positif. Malheureusement la projection était très sombre. Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Normalement ça ne ressemble pas à ça. Et le son était un peu étrange. Mais à part ça c'était bien et les gens ont eu l'air d'aimer le spectacle. C'est un film amusant avec des personnages sauvages : c'est une des meilleures façons de le décrire. En fait, je ne savais pas qu'il allait être projeté la nuit dernière, personne ne me l'avait dit ! C'est mon père qui me l'a annoncée à l'hôtel et il était déjà tard. Le chauffeur qui m'a emmené a dû faire 3 salles avant de trouver la bonne. C'est première fois que l'on ne me prévient pas ! Mais j'y suis arrivée quand même !
publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)