Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

David Klass : gardien de la Terre

David Klass est un scénariste hollywoodien (Tolérance zéro, L'enjeu, Le collectionneur). Il a écrit une vingtaine de romans pour la jeunesse et La trilogie du Gardien a été préemptée par la Warner.

A l'occasion de la sortie de Mu, Le feu sacré de la Terre, premier volume de cette trilogie, Intervista et Fantasy.fr vous propose un entretien avec David Klass.


Un grand merci à Constance Joly-Girard, codirectrice de la collection 15 - 20 d'Intervista, qui a rendu cela possible.
Par Emmanuel Beiramar | et traduits par Julien Ramel'David Klass : gardien de la Terre
7 novembre 2007 | Mis à jour 7 novembre 2007
David Klass : gardien de la Terre
David Klass : gardien de la Terre
David Klass : gardien de la Terre
David Klass : gardien de la Terre

Que représente pour vous la science-fiction, en tant que lecteur puis en tant qu’écrivain ? Lisiez-vous de la SF dans votre jeunesse ?

Dans ma jeunesse, je n’étais pas à proprement parler un fan de SF, mais j’en lisais régulièrement, en commençant par Robert Heinlein et Ray Bradbury. En fait, j’ai toujours baigné dans le milieu de la SF puisque mon père, Morton Klass, a dirigé plusieurs magazines spécialisés et aussi écrit des nouvelles publiées chez différents éditeurs. Mon oncle, qui écrit sous le pseudonyme William Tenn, est un auteur de SF reconnu.

Pourquoi avez-vous décidé d’écrire pour les "young adults" ? - Est-ce une catégorie de lecteurs qui vous semble mériter un type d’écriture particulier ?

J’ai commencé à écrire très tôt. Mon premier roman, The Atami Dragons, est sorti alors que je n’avais pas encore vingt-cinq ans. Peut-être que, comme j’étais jeune moi-même, je me suis naturellement tourné vers ce public. J’ai toujours pensé que les jeunes adultes étaient attirés par les livres écrits spécifiquement pour eux. Dans ma carrière d’auteur, j’ai toujours essayé de m’adresser à ceux dont on disait qu’ils ne lisaient pas, c’est-à-dire les garçons entre 13 et 19 ans. L’idée étant de leur proposer des récits divertissants et bourrés d’action afin de les accrocher assez pour qu’ils deviennent accros à la lecture.

D’après vous, qu’est-ce que la SF peut apporter spécifiquement à des jeunes lecteurs ?

Je pense que la SF est un genre en parfaite adéquation avec les attentes et les interrogations des jeunes lecteurs qui se demandent de quoi demain sera fait et qui sont inquiets pour la planète.

Mu, Le feu sacré de la Terre est un cri d’alerte : notre planète est en danger. Etes-vous depuis longtemps sensible à la question écologique ?

Oui, ça fait longtemps que les questions environnementales m’intéressent. En 1994, j’en ai même fait le sujet d’un livre, California Blue, dont la toile de fond est la lutte entre les défenseurs de l’environnement et les industries forestières, au nord-ouest des États-Unis. Quant à La trilogie du Gardien, j’espère qu’elle sera perçue comme un signal d’alarme. J’ai deux jeunes enfants, et je me demande tous les jours dans quel état ils trouveront la Terre quand ils seront grands. Il y a de quoi s’inquiéter.

Pouvez-vous nous parler des deux autres tomes ?

 Zêta, le deuxième volet de la trilogie, se passe en grande partie dans la forêt primaire amazonienne. Pee Jay, la copine de Jack, a été kidnappée. Jack part à sa recherche et se retrouve très vite embringué dans une suite d’aventures rocambolesques.

À l’heure où je vous parle, je suis en train d’écrire le troisième volet de la trilogie, Phi, la clé du Temps. Jack voyage dans le futur et rencontre ses parents, puis il revient dans le présent pour se mesurer une dernière fois aux ennemis de la Terre, dans l’Arctique.

Tout à la fois roman d’action et de réflexion, votre roman est un modèle de divertissent intelligent. Comment vous est-il venu à l’esprit ?

Un roman qui serait trop ouvertement didactique et moraliste n’intéresserait pas grand monde. J’ai donc préféré mettre à profit ce que j’ai appris au cours de quinze ans de carrière en tant que scénariste à Hollywood pour donner à Mu, le feu sacré de la Terre, autant de rythme que possible. Les questions d’environnement forment un second plan, qui ne se dévoile qu’une fois l’intrigue lancée, afin que l’écologie n’interfère pas avec l’action.

Quelles ont été vos sources d’inspiration ?

J’ai beaucoup pensé à mes enfants quand j’ai commencé à écrire la Trilogie. Je me suis projeté quelques décennies dans le futur et je me suis demandé ce qu’ils me diraient en recevant en héritage une planète largement détruite par les générations précédentes. Et si, comme certains le disent, nous nous trouvons effectivement à un moment crucial, à une sorte de point d’inflexion à partir duquel les dommages deviennent irréparables, j’ai essayé d’imaginer ce que dirait le petit-fils de mon petit-fils s’il pouvait revenir en arrière et me parler. À mon avis, il y a de grandes chances pour qu’il me dise quelque chose du genre : "Vous étiez au courant ! Vous aviez le savoir, vous aviez les moyens, vous aviez le temps de changer les choses. Mais vous n’avez rien fait. Vous n’avez pensé qu’à vous-mêmes et maintenant c’est nous qui payons les pots cassés. La planète magnifique sur laquelle vous viviez n’est plus qu’un lointain souvenir." Et je suis parti de là…

Considérez-vous La Trilogie du Gardien comme une œuvre militante ?

Je n’ai pas écrit la Trilogie dans un esprit contestataire. Je n’ai jamais milité, ce n’est pas maintenant que ça va commencer. Non, ce que je voulais, c’était écrire un conte qui fonctionne comme une mise en garde : "si nous ne changeons pas rapidement notre mode de vie, nous allons tout détruire et tout le monde sera perdant." Je suis très fier que Greenpeace ait adoubé la trilogie car j’ai toujours pensé que cette organisation était visionnaire.

Qu’en est-il du projet d’adaptation cinématographique par la Warner ?

Le film est en pleine préparation à la Warner Bros. D’après ce que j’ai compris, le scénariste en charge du projet devrait remettre une nouvelle mouture du projet au studio dans le courant du mois de novembre.
publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

publicité
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)