Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Watchmen : Entretien avec le réalisateur Zack Snyder et l'illustrateur Dave Gibbons

Nous leur avons posé quelques questions sur la genèse de ce projet particulièrement complexe…

Par Pierre-Eric Salard
16 janvier 2009 | Mis à jour 16 janvier 2009
Watchmen : Entretien avec le réalisateur Zack Snyder et l'illustrateur Dave Gibbons

Rencontre entre Zack Snyder, Dave Gibbons et Pascal Pinteau d'Effets-Speciaux.info :


Selon-vous « Watchmen » est-il toujours un récit actuel, aujourd’hui, vingt-trois ans après sa parution ?

Dave Gibbons :
Je crois que oui. Quand notre bande dessinée est parue, elle proposait un commentaire nouveau, décalé, sur les récits de superhéros. Aujourd’hui, le film jette lui aussi un regard différent sur le genre cinématographique des aventures de superhéros. Ces dernières années, le public a eu l’occasion de voir de nombreux films de ce registre, et a donc un oeil plus aiguisé et plus critique. Les spectateurs connaissent tous les codes du genre : la raison pour laquelle le héros cache son identité en se fabriquant un costume, pourquoi il se crée un repère secret, etc…Notre histoire va au-delà de ces conventions, et présente des évènements qui répondront peut-être aux questions que le public se pose encore sur le thème des superhéros.

Zack Snyder :
Quand le roman graphique est sorti, il a été perçu comme une révolution par tous les lecteurs de BD, dont je faisais partie. Il marquait le passage des récits de superhéros à l’âge adulte. Ce qui est intéressant, c’est que tout le monde connaît aujourd’hui les bases de ce monde. Ma mère, qui n’est pas une fan de BD, sait que Batman a une identité secrète et possède une caverne sous son manoir de millionnaire. Elle sait aussi que Peter Parker a été mordu par une araignée radioactive et a acquis ainsi ses pouvoirs de Spider-Man. Toutes ces choses autrefois connues seulement par les fans font désormais partie de notre mythologie commune, de notre culture populaire dans sa forme la plus pure.

« Watchmen » a eu longtemps la réputation d’être intransposable au cinéma. Pourquoi vous êtes-vous attelé à cette tâche en dépit de cela ?

Zack Snyder : Pour deux raisons : d’abord parce que je savais que le film serait fait un jour ou l’autre. Le studio Warner était déterminé à ce que ce projet aboutisse. Ensuite, quand on m’a demandé si je pensais que j’étais capable de le réaliser, et si je voulais m’en occuper, je me suis dit que si je refusais, il était possible que quelqu’un d’autre, qui aimait moins la BD originale, s’en charge et massacre le récit ! Dans ce cas, je me serais senti partiellement responsable de ce fiasco. A présent, comme j’ai accepté la proposition, si le projet est jugé mauvais, ce sera uniquement de ma faute ! (rires) Une fois que je me suis dégagé un peu des craintes que ce projet m’inspirait, je me suis mis à travailler et cela a été une expérience absolument fantastique. Cela m’a donné l’opportunité de faire un film qui présente une version adulte, souvent provocatrice, de l’univers des superhéros. C’était une occasion unique de revisiter ces mythes.

Ce projet a-t’il été très différent de votre film précédent, « 300 », qui était lui aussi l’adaptation d’une bande dessinée ? Comment compareriez-vous les personnalités de Frank Miller et d’Alan Moore ?


Zack Snyder : Je suis un fan de l’œuvre de Frank Miller. C’est un artiste phénoménal, qui est à la fois un dessinateur stupéfiant et un scénariste génial. J’ai aussi une très grande admiration pour les récits d’Alan Moore. Alan a une vision située pratiquement aux antipodes de celle de Frank, aussi bien en termes d’opinion politique que de vision globale du monde. En tant qu’artiste, j’aime les gens qui ont une forte personnalité et une vision très particulière. Alan et Frank sont des individus à part, chacun pour des raisons différentes. Quand j’ai réalisé « 300 », j’ai voulu rendre hommage au style graphique unique de Frank Miller. Avec « Watchmen », j’ai voulu restituer le point de vue d’Alan sur les Etats Unis, ses positions politiques, et la manière dont il observe l’histoire contemporaine. Il a intégré tout cela de manière fantastique dans le canevas de l’histoire de « Watchmen ».

Retrouvez l'intégralité de l'entretien sur notre site partenaire Effets-Speciaux.info.

publicité
publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

Get Adobe Flash player
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)