Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Prometheus : La chronique du film

Prometheus est-il un chef d'œuvre, un navet ou simplement un bon film ? Réponse dans les lignes qui suivent.

Par Emmanuel Beiramar
28 mai 2012 | Mis à jour 6 juin 2012
Prometheus : La chronique du film

Fantasy.fr publie rarement des chroniques mais de temps en temps, certains films méritent que l'on s'y attarde un peu plus une fois vus. Prometheus fait partie de cette catégorie ne serait-ce parce que le film fête le retour de Ridley Scott à la science-fiction, 25 ans 30 ans après Blade Runner et que son histoire se rattache à son premier film de SF, le cultissime Alien, le huitième passager.

Débuté comme un Alien 0, le film est rapidement devenu autre chose comme l'expliquent des notes de production du long-métrage :

publicité


« Le concept de PROMETHEUS a commencé par une silhouette que l’on apercevait brièvement dans ALIEN, LE 8e PASSAGER, et qui semblait tomber dans l’oubli dès le moment où le xénomorphe qui donne son titre au film surgissait - littéralement - dans l’histoire. Mais cet être mystérieux, cette créature géante fossilisée au thorax ouvert surnommée le Space Jockey – était restée bien ancrée dans la mémoire de l’homme qui lui avait donné la vie.
Ridley Scott raconte : “ Depuis ALIEN, LE 8e PASSAGER, une idée n’avait pas cessé de me tourner dans la tête : quel était le mystère derrière tout cela ? Qui était cette créature ? D’où venait-elle ? Quelle était sa mission ? Quelles technologies son espèce maîtrisait-elle ? Ces questions me semblaient constituer un tremplin intéressant pour des idées plus fascinantes encore. ”
Il est exact que PROMETHEUS a commencé il y a quelques années comme un projet de préquelle
d’ALIEN, LE 8e PASSAGER, avant d’évoluer vers autre chose, “ vers un nouvel univers “, comme l’explique Ridley Scott. Le film soulève de nouvelles questions et se définit par de nouvelles idées, des thèmes qui ont captivé la formidable imagination du réalisateur.
Ridley Scott note : “ Le processus créatif qui a façonné le développement du film a donné naissance à une mythologie nouvelle, grandiose, qui constitue le cadre de cette histoire originale. Les plus passionnés reconnaîtront dans ce film des brins de l’ADN d’ALIEN, LE 8e PASSAGER, mais  les idées qu’aborde PROMETHEUS sont uniques, elles ont une portée considérable et font  réfléchir. PROMETHEUS était l’histoire singulière que je cherchais. ”


Partant de ce constat, Prometheus peut être chroniqué en tant que film lié à la mythologie d'Alien ou comme long-métrage de science-fiction qui se suffit à lui-même.

En tant que film indépendant, Prometheus est une belle claque visuelle, avec une certaine dose de réflexion et d'incroyables séquences. Il souffre cependant des mêmes défauts des blockbusters, à savoir les incohérences de l'histoire : Un personnage censé ne pas avoir de problème d'orientation grâce à certains gadgets se perd ; Elisabeth Shaw (Noomi Rapace) connaît un peu trop de choses. Elle sait manipuler tous les appareils électroniques, trouvent des salles secrètes... ; des personnages, terrifiés 15 minutes plus tôt et cernés d'indices les alertant que rien ne va là où ils se trouvent (difficile de faire plus voyant qu'un tas de cadavres), vont faire mumuse avec une créature extraterrestre pour faire avancer l'histoire...
Incohérences qui peuvent gâcher une projection pour certains. Ce qui est d'autant plus dommage qu'elles auraient pu être facilement évitées. N'y a-t-il donc personne parmi toutes celles payées des milliers de dollars à avoir lu le script pour s'apercevoir de ce genre de choses ?

Autre déception, Ridley Scott avait promis un film aussi terrifiant que le premier Alien alors que le reste de la saga s'était dirigée vers l'action. A part une ou deux scènes dérangeantes, voire d'anthologie, Prometheus ne fait pas peur. Dommage.

Le film reste toutefois assez bon pour que vous qui lisez cet article alliez le voir en salle.

Les choses se gâtent un peu si on le rattache au premier Alien : si l'on n'a pas lu les notes de production (ce qui sera le cas de 99,99 % des spectateurs) ou si l'on ne fait pas attention à un unique détail, à savoir le nom de la planète où se déroule l'histoire (ce qui devrait être le cas d'une bonne partie du public), on tentera de rattacher l'histoire et les décors du film à ceux d'Alien, le huitième passager. Ce n'est pas nécessaire : l'action de Prometheus se déroule sur LV-223 et celle d'Alien sur LV-426. Ce ne sont pas les mêmes planètes. D'où les différences apparentes des cargaisons des vaisseaux extraterrestres que l'on a pu noter dans les bandes-annonces de Prometheus.
Prometheus est constitué de nombreuse zones d'ombres. A tel point que le capitaine du vaisseau, Janek (Idris Elba), visiblement frappé de la grâce divine, explique à tous le monde, spectateurs compris, la nature et le but du lieu qu'ils explorent. D'autres manques de clareté dans l'intrigue soulèvent de nombreuses questions qui ne n'auraient pas dû avoir besoin d'un Prometheus 2 ou un Prometheus Version Longue pour avoir leurs réponses.
Côté incohérence, on regrettera que l'ignorance de la Weyland-Yutani dans Alien quant à l'existence possible de créatures extraterrestres demeure inexpliquée.

Au final, Prometheus ne semble pas se suffire à lui-même et l'on se retrouve avec un film un peu hybride, Scott ayant tenu en partie à raccrocher les wagons avec Alien, certains passages frisant le remake. Il aurait peut-être mieux fallu conserver l'idée de base de Prometheus (des scientifiques traversent l'univers pour aller sur une planète qu'ils pensent être le berceau des créateurs de l'humanité) et laisser tomber totalement le Space Jockey aussi tentante soit l'idée d'explorer son histoire et celui des siens.

En résumé : Prometheus est un bon film de science-fiction pour adultes qu'il faut voir au moins une fois en salle, ne serait-ce que pour la scène d'ouverture et quelques autres moments forts du film.

publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

Get Adobe Flash player
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)