Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Pirates des Caraibes : Retour aux origines

Découvrez les origines de la saga Pirates des Caraïbes (Pirates of the Caribbean).

Par Emmanuel Beiramar
1 avril 2011 | Mis à jour 1 avril 2011
Pirates des Caraibes : Retour aux origines

Si Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence (Pirates of the Caribbean: On Stranger Tides) est très vaguement inspiré du roman Sur des mers plus ignorées de Tim Powers *, la saga Pirates des Caraïbes tient son inspiration de l’attraction du même nom présente dans les différents Disneyland à travers le monde.

Histoire de vous rafraîchir la mémoire, Disney vous propose de remonter aux origines de la saga et de découvrir des images d’archives où Walt Disney lui-même présente l’attraction. Vous y découvrirez également quelques images des coulisses du tournage de Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence, quatrième opus de la franchise.

Pirates des Caraïbes - L’Inspiration de la saga :


publicité

Pirates des Caraïbes : La Fontaine de Jouvence, est réalisé par Rob Marshall d'après un scénario de Ted Elliott et Terry Rossio vaguement inspiré du roman Sur des mers plus ignorées de Tim Powers. Le film est interprété par Johnny Depp, Geoffrey Rush, Penélope Cruz, Ian McShane, Kevin R. McNally, Stephen Graham, Astrid Bergès-Frisbey, Sam Claflin, Yuki Matsuzaki, Keith Richards, Richard Griffiths et Gemma Ward.

Le quatrième opus de la saga Pirates des Caraïbes sortira en France le 18 mai 2011. Il sera projeté en 3D relief dans les salles équipées.

 

En méga bonus : La présentation de l'attraction Pirates des Caraïbes (Pirates of the Caribbean) :

Une des attractions les plus célèbres de Walt Disney, Pirates of the Caribbean est l'essence même d'une aventure d'un Parc à Thèmes Disney, car elle emmène les visiteurs dans un voyage à leur couper le souffle avec un équipage de boucaniers fanfarons.


EMPLACEMENT

Pirates of the Caribbean est situé à Adventureland, dans la Partie Nord du Parc, dans une forteresse de pierre qui abrite également le Blue Lagoon Restaurant et Le Coffre du Capitaine, un restaurant et une boutique qui reprennent le thème des pirates.


MYTHOLOGIE

Malgré les belles plages de sable fin, l’exotisme qu’évoque les mers du sud et les superbes ciels étoilés, vivre dans le port d’un comptoir espagnol au 18e siècle n’est pas de tout repos. Les murailles crénelées et les canons d’un fort ne suffisent pas à dissuader les pirates d’assiéger les villes portuaires.
Seules les plus petites embarcations évitent de prendre part aux combats et échappent aux grands galions qui hissent un pavillon noir. Ils évitent également les boulets de canon, mais pas forcément les éclaboussures.
Inutile de se réfugier dans la ville car elle a déjà été envahie par les flibustiers. Pas le temps de s’arrêter pour admirer la charmante architecture du village, à cause des scènes de saccage et de pillage qui suivent l’attaque des pirates.
Mais prenez garde si cette vie de pirate vous tente, car elle ne finit pas toujours par la découverte de trésors. Et même dans ce cas, il faut alors les protéger… des autres pirates !


DESCRIPTION DE L’EXTERIEUR

L'attraction se situe dans une forteresse espagnole des Caraïbes du 18e siècle, faite de pierre et de poutres en bois. Une tour imposante s'élève au dessus de fortifications capables d'essuyer n'importe quelle bataille et protégées par une batterie de canons. Un mât de bateau arborant le Jolly Roger, le pavillon noir à tête de mort, est utilisé en guise de marquise. Juste en dessous du nid de pie, se trouve une large voile déployée sur laquelle on peut lire le nom de l'attraction. Tous ces éléments se combinent pour indiquer qu'une aventure en haute mer attend les visiteurs de l'autre côté.

 
DESCRIPTION DE L'ATTRACTION

Les visiteurs voyagent à bord de bateaux jusqu'à un endroit où règnent des pirates du 17 et 18e siècle afin de suivre leurs joyeux méfaits puis "reviennent dans le présent" pour constater le destin de ces flibustiers haut en couleur. Les visiteurs vivent, du début à la fin, une histoire de pirates attaquant un fort espagnol : bombardement, attaque, mise à sac, pillage et incendie.

La file d'attente
En passant par l'entrée du fort, les visiteurs arrivent dans une grotte aux parois rocheuses où commence la file d'attente. En plus des canons, des créneaux et des meurtrières, une vue sur une partie des quartiers de l'équipage donne un indice aux visiteurs sur les scènes de pillage et de saccage qu'ils sont sur le point de vivre. Une version instrumentale de « Yo Ho (A Pirate’s Life For Me) » résonne dans ses couloirs humides où l'on entend aussi de l'eau tomber goutte à goutte ainsi que les hurlements du vent.

Le port
Au bout de la file d'attente, les visiteurs embarquent dans leur "bateau". Un ciel étoilé sert de toile de fond à cette scène portuaire où l'on retrouve le sable blanc des Antilles. L'atmosphère est complétée par le chant relaxant des criquets et d'autres effets sonores nocturnes.

La baie de Blue Lagoon
Au clair de lune, les bateaux appareillent et traverse une scène reprenant l'ambiance des îles antillaises. Les restes de l'épave d'un galion transportant un trésor peut être vu au milieu d'îles de sable fin plantées de palmiers. Les bateaux passent devant le Blue Lagoon Restaurant puis à travers le galion à moitié immergé qui leur révèle son intérieur. Une pieuvre curieuse inspecte les objets laissés par les derniers habitants du navire, surveillé par un crabe solitaire. Les bateaux des visiteurs laissent l'épave derrière eux et se dirige vers un fort situé au loin.

La rampe
Quittant le lagon, les bateaux disparaissent par la porte d'un ancien fort donnant sur l'océan. A l'intérieur, ils passent un vieux dock, ou autrefois, les vivres étaient reçues et acheminées vers différentes parties souterraines du fort. D'un côté, un vieux treuil qui était utilisé pour tracter les cargos jusqu'au niveau supérieur du fort fonctionne toujours. Les bateaux sont pris dans la chaîne du mécanisme de treuillage et montent la sombre rampe des cargos. Des bruits sourds d'une lointaine bataille deviennent de plus en plus présents au fur et à mesure que les bateaux se rapprochent du haut de la rampe.

Le fort immergé
En haut du tunnel, les bateaux arrivent au niveau supérieur du fort. Depuis ce position avantageuse, les visiteurs peuvent voir en bas, le port, où un galion pirate bombarde une autre partie du fort.

Plus loin à l'intérieur du fort, les effets du sièges sont visibles. Des coups de feu retentissent toujours, des poutres sur le point de se briser craquent, et un aqueduc rompu déverse de l'eau dans le fort.

Les bateaux arrivent face à face avec un navire pirate qui s'est positionné prêt du mur de la forteresse ; à cette hauteur, on ne voit que le mât et la voilure du navire pirate.

Les pirates se lancent à l'attaque du fort. Un pirate, après avoir escalader le mur, apparaît entre les créneaux une dague entre les dents alors qu'au dessus de la tête des visiteurs, un autre pirate de balance au bout d'une corde attachée au mât du navire. Comme il échoue à mettre pied à terre, il continue à se balancer pour effectuer de nouvelles tentatives.

Les bateaux des visiteurs retournent à l'intérieur du fort où des chats ont trouvé refuge sur des débris d'épaves flottant pris dans un tourbillon. Les visiteurs se retrouvent dans les prisons sombres où les prisonniers appellent au secours. Dans une cellule, trois prisonniers essaient d'amadouer un chien qui a les clefs de leur cellule dans la gueule mais s'est assis juste hors de leur porté. Les prisonniers lui crient : "Hé, donne-nous les clés, vilaine bestiole !" et "Là, qu'est-ce que tu dirais d'un bon nonos bien juteux, hein ?".

Droit devant, on entend l'eau tomber en chute. Le courant entraîne inexorablement les bateaux vers un trou béant dans le mur.

L'évasion du fort
L'eau s'échappant de l'aqueduc endommagé s'écoule par un trou dans le mur créé par un boulet de canon. Les bateaux se retrouvent précipités à travers une grotte et quittent ainsi du fort innondé.

L'attaque du fort
Les bateaux sortent de le grotte et se retrouvent dans la fumée de la bataille livrée entre le navire pirate, l'Inferno, et le fort en bord de mer. Alors que les boulets de canon volent entre les deux, le capitaine pirate crie ses ordres : "Amenez vos couleurs, immondes cafards !" et "Arrachez-moi ce bout de mât. A vos pièces, pointez les canons !" Fumée, lumière, sifflement et éclaboussures se multiplient sur le passage des visiteurs alors que leur embarcation slalome pour éviter les projectiles perdus.

Le puits
Les visiteurs pénètrent dans une ville des Caraïbes dont les pirates retiennent le maire et quelques autres habitants prisonniers. Un capitaine pirate plonge Carlos, le maire, dans un puits afin de le faire avouer où se trouve le trésor de la ville : "Parle, toi canaille… Où est le trésor ?". La femme du magistrat lui hurle depuis la fenêtre du premier étage de ne pas parler. En réponse, un des pirates lui tire dessus et elle bat en retraite en fermant ses volets.

Les enchères
Depuis une place pavées, un pirate commissaire-priseur demande des propositions pour une fiancée rondelette : "Faites votre offre pour cette charmante jeune femme !". Dans le même temps, quatre autres demoiselles attendent leur tour sous le regard attentif de deux pirates. De l'autre côté du canal, plusieurs pirates sont assis sur des marches d'escalier, réclamant à cri que le commissaire-priseur propose la jeune femme rousse attendant en retrait : "On veut la rouquine !"

Sur le pont au dessus du canal, on trouve deux autres pirates, dont un sacré chahuteur. Même les animaux semblent perturbés par la situation. Un bouc reluque des chèvres et les poules sont animées de mouvement nerveux en sortant leur tête de leur caisse.

Les pirates et les femmes
Dans la partie plus résidentielle de la ville, un pirate chasse sa femme sur un balcon alors que dans la maison voisine, une femme forte (autant physiquement que de colère) chasse à coup de balais un vieux pirate. Le point central de la scène est un vieux pirate à bout de souffle qui à perdu sa proie, une jolie jeune fille : "Oh, mon âme défaille. Je suis mort de fatigue ! Un peu trop rapides pour un vieux poussah suant comme moi, ces jeunesses au pied léger. Mais où est donc cet admirable petit trésor, hein ?" De temps en temps, la jeune femme en question sort du baril où elle est cachée afin de voir si la voie est libre. Elle en profite pour faire signe de se taire à un chien qui pourrait trahir sa cachette.

Aux fenêtres en arrière plan, on voit les silhouettes d'autres pirates en train de se battre ou de piller. Sur la dernière terrasse, un pirate et un habitant de la ville sont engagés dans un duel à l'épée acharné, sous le regard effrayé d'une jeune femme.

Les musiciens
Les visiteurs entrent maintenant dans une zone en bordure de la ville en feu où trois pirates musiciens chantent une chaleureuse version de "Yo Ho, (A Pirate's Life for Me)". Ils sont accompagnés par les braiments d'un âne et, de l'autre côté du canal, des hurlements d'un chien.

Près du chien hurlant, un pirate ivre est assis. Au dessus de lui, du rhum s'écoulant d'un baril percé se déverse dans sa chope qui déborde déjà. Les liquides qui coulent en jets de deux autres tonnelets évitent de peu les visiteurs.

Enfin, un autre pirate ivre s'est hissé jusqu'à un treuil qui retient un chargement de tonneaux juste au dessus du passage. Les tonneaux se balancent et menacent de tomber alors que le pirate essaie de les ramener hors du passage.

La ville en feu
Les visiteurs assistent aux pillages et aux beuveries des joyeux pirates alors que la ville brûle. Un ambitieux pirate essaie de ramener avec lui un butin aussi grand que possible et se retrouve en équilibre précaire avec un pied sur le quai et l'autre dans son bateau. Un autre pirate chante d'un air béat au milieu de cochons aussi contents que lui.

Plongeon dans l'arsenal
Les bateaux approchent d'une autre ouverture sombre. Mais cette fois, ils sont accompagnés de rougeoiements et de flashs, les prévenant qu'une nouvelle scène de désastre est sur le point de se produire. Leur entrée dans cet enfer caché est accompagnée d'un vrombissement et d'air chaud soufflé au visage des visiteurs. Au dessus de l'entrée, des panneaux mettent en garde contre les risques d'explosions mais les bateaux viennent d'entrée dans l'arsenal du fort incendié.

L'arsenal et son explosion
Soudain, le bateau tombe dans une abysse et passe différentes explosions qui à l'exception de soudaines flammes et des braises chaudes sont les seules sources de lumière. Quand les bateaux sortent de ce brasier, une dernière explosion juste derrière eux les propulsent dans un sombre tunnel.

Voyage à travers le temps
Les terribles sons des explosions de l'arsenal cessent progressivement alors que les bateaux entrent dans un vortex brumeux. Le son revient sous la forme de coups de tonnerre lointains. Les visiteurs sont revenus dans le présent.

Hurricane Lagoon
Les visiteurs sortent du tunnel et se retrouvent dans une terrible tempête en mer. Tout ce qui reste des pirates, ce sont des squelettes fantomatiques qui ont trouvé la juste récompense à leurs ignobles actions.

L'élément le plus surprenant de cette scène est l'épave d'un navire autrefois majestueux. La barre du pont du bateau se retrouve sur un rocher déchiqueté et est manœuvrée par un squelette de pirate. De temps à autre, une voix fantômatique rappelle “Les morts ne parlent pas…”/ “Dead men tell no tales.”

La cache du trésor
Les visiteurs arrivent dans une salle spectaculaire remplie des prises des pirates, où pièces brillantes et bijoux étincelants semblent sortir d'une corne d'abondance. Au dessus de toutes ces richesses, un pirate squelette surveille le trésor, sa main squelettique, fermée sur une poignée de pièces.

Les quartiers du capitaine
 Il semble que le capitaine de ce curieux équipage amassait la plupart de son butin dans ses propres quartiers, au mépris de la notion "on n'emmène rien dans sa tombe". Reposant dans son lit à baldaquin (quelque peu grignoté), son squelette examine une carte au trésor avec une loupe en écoutant un clavecin possédé qui joue tout seul.

Les quartiers de l'équipage
Dans les quartiers de l'équipage, les visiteurs découvrent un semblant de bar, construit avec les restes des épaves. Des pirates fantomatiques apprécient leur boisson au comptoir.

La tête de mort parlant
Comme leur traversée se termine dans un tunnel taillé dans la roche, les bateaux passent sous une tête de mort parlant agrémentée de deux os croisés. La tête de mort indique aux visiteurs en français et en anglais comment quitter leur bateau dans un langage plutôt coloré…

La grotte
Les visiteurs quittent leur bateau, montent sur le quai et sortent de l'attraction par une grotte. Cet accès sert aussi d'entrée et de sortie pour les visiteurs handicapés.

La vue depuis le train
Une scène composée de trois squelettes pirates est seulement visible depuis le train Disneyland Railroad afin d'offrir à ses passagers un avant goût de l'attraction Pirates of the Caribbean.

MUSIQUE

A Pirates of the Caribbean, on entend "Yo Ho (A Pirate's Life For Me)" aussi bien dans sa version instrumentale que dans sa version vocale. Cette musique originale a été composée par Xavier Atencio pour les paroles et George Bruns pour la musique.

YO HO (A PIRATE'S LIFE FOR ME) © Walt Disney Music Co.

We pillage, plunder,
we rifle and loot,
drink up me 'arties, Yo Ho.
We kidnap and ravage
and don't give a hoot,
drink up me 'arties, Yo Ho.

We extort and pilfer,
we filch and sack,
drink up me 'arties, Yo Ho.
Maraud and embezzle
and even highjack,
drink up me 'arties, Yo Ho.

We kindle and char
and inflame and ignite,
drink up me 'arties, Yo Ho.
We burn up the city
we're really a fright,
drink up me 'arties, Yo Ho.

We're rascals and scoundrels,
we're villains and knaves,
drink up me 'arties, Yo Ho,
We devils and blacksheep,
we're really bad eggs,
drink up me 'arties, Yo Ho.

We're beggars and blighters
and ne'er do well cads,
drink up me 'arties, Yo Ho
Aye, but we're loved by our
mommies 'n dads,
drink up me 'arties, Yo Ho.

 
SYSTEME DE L'ATTRACTION

Pirates of the Caribbean possède une flotte de 35 bateaux pouvant accueillir 23 passagers chacun. Pendant cette aventure, les bateaux font deux plongeons dans des cascades : la première chute est approximativement de 4 m 50 (15 pieds) et la deuxième de 2 m 40 (8 pieds).

PARTICULARITES

Les personnages Audio-Animatronics de Pirates of Caribbean sont spectaculaires. Les personnages principaux sont programmés pour effectuer une grande variété de mouvements. Le commissaire-priseur appelle et cherche un acheteur et les deux duellistes pirates croisent le fer, infligeant des coups ou leur faisant une parade dans leur bataille dans la scène "les pirates et les femmes". "Le fort inondé" offre une scène avec un pirate Audio-Animatronics se balançant du mât de son navire jusqu'au fort au bout d'une corde.

Les dialogues des personnages principaux, comme le commissaire-priseur et les capitaines pirates, sont en français. Les autres sont en anglais et en espagnol.


INFORMATIONS

Le premier land à avoir été rajouté à Disneyland en Califronie depuis son ouverture en 1955 fut un projet que Walt Disney supervisa lui-même. "Disneyland a toujours eu un grand fleuve (River of America) et un bateau à aube (le Mark Twain)," avait-il dit peu avant sa mort. "Il semble approprié de créer une nouvelle attraction sur les rives du fleuve. Donc, New Orleans Square se révéla être la Nouvelle Orléans (en Louisiane) du siècle dernier, quand elle était considérée comme l'équivalent de Paris à l'époque de la Frontière américaine."

Les plans comprenaient d'élégants restaurants, des marchés aux fleurs, des cafés créoles et des magasins pittoresques. La grande attraction serait pourtant Pirates of the Caribbean. Aujourd'hui, plus de trente cinq ans après son ouverture en 1967, cette attraction est toujours considérée pour beaucoup comme la plus grande aventure à Disneyland.

Pirates of the Caribbean était sur les tables à dessins depuis longtemps mais tous les projets concernant Disneyland furent arrêtés quand arriva l'Exposition Universelle de New York (1964-65). De retour de l'exposition, Walt accepta de faire une attraction thèmée sur les pirates avec des bateaux, en utilisant le système similaire à celui qui remporta tant de succès à "it's a small world".

Le succès du premier spectacle basé sur un Audio-Animatronics (The Enchanted Tiki Room en 63 à Disneyland) et l'enthousiasme du public pour le premier Audio-Animatronics humain (Great Moment with Mr. Lincoln durant l'Exposition Universelle) firent de la technologie Audio-Animatronics le moyen idéal pour donner vie au concept des pirates.

Pour Pirates of the Caribbean, les sculpteurs devaient créer un grand nombre de personnalité dans une distribution de 119 (64 humains et 55 animaux). Si les pirates devaient siffler pendant le spectacle, ils devaient être sculptés avec une bouche pincée. Le commissaire-priseur, d'un autre côté, devait être très sophistiqué dans son expression faciale afin de pouvoir ouvrir correctement la bouche et dire son texte. Chaque détail des costumes des pirates, y compris leurs armes (en allant du plus petit pistolet au plus grand des canons) fut le résultats de recherches ; avec la coiffure et le maquillage, ils ajoutent la touche finale de crédibilité.

Imagineers durent également rechercher ce que les pirates devaient dire. Afin de rendre l'ambiance du spectacle, ils se mirent à penser comme des pirates. Quand le script fut joué dans une répétition générale pour Walt Disney, aucune des voix de pirate ne se détachait du fond sonore bruyant et tumultueux créé par les maraudeurs.

Walt approuva : "Ne vous inquiétez pas pour ça. C'est comme pendant un cocktail. Les gens vont dans ces soirées et ils écoutent une bribe de conversation ici, une autre, là bas. Chaque fois que les visiteurs reviendront ici, ils entendront quelque chose de différent. Cela les fera revenir encore et encore !"

En février 1967, quelques mois après la mort de Walt, une de ses plus grandes attractions ouvrit dans le nouveau Land de New Orleans Square. Aujourd'hui, plus de trois décennies plus tard, ses paroles se confirment toujours. Pirates of the Caribbean continue de "faire revenir les visiteurs encore et encore."


* Sur des mers plus ignorées de Tim Powers sera publié par Bragelonne en mai prochain.

publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

Get Adobe Flash player
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)