Toute l'actu de
l'imaginaire
En ce moment sur Fantasy.fr

Hommage à JP Hubert

Denis Guiot, directeur de la collection Autres Mondes, rend hommage à Jean-Pierre Hubert en parlant de l'homme qu'il était.
Par La Fantasy Team
10 mai 2006 | Mis à jour 10 mai 2006
Pages liées :Les news 1001 à 1501
Hommage à JP Hubert
Né à Strasbourg en 1941, Jean-Pierre Hubert a appris le français sur les bancs de la maternelle et dans les bandes dessinées de Coq Hardi. Il a passé des décennies dans le giron de l’Education Nationale à donner le goût de la lecture et de l’écriture aux adolescents - et tout particulièrement aux collégiens de la ville où il habitait et enseignait, Wissembourg, dans le Bas-Rhin.

Avant tout, Hubert est un styliste, toujours à la recherche du mot juste. Cette exigence, qui prend ses racines dans le bilinguisme de l’auteur, confinait à un véritable complexe vis-à-vis d’une langue qui n’était pas, pour ainsi dire, sa langue maternelle, lorsque sous l’impulsion amicale de Daniel Walther, un autre Alsacien, il se jette à l’eau. Cela donne en 1975, huit nouvelles (dont V.V. dans l’anthlogie ellisonienne de Walther, Les Soleils noirs d’Arcadie) et un space opera, Planète à trois temps (la musique, déjà !).

Puis déferle en 1977 le raz-de-marée de la SF politique à la française. JPH est au sommaire de tous les “ collectifs ” de la collection Ici et Maintenant  dirigée par Bernard Blanc chez Kesselring, ce qui lui voudra l’étiquette d’ ”écrivain politique ”.

Politique, Hubert l’est, bien évidemment, mais à sa manière, préférant l’allégorie à l’anathème. Ainsi, Mort à l’étouffée (1978) et sa planète-entonnoir est une intelligente métaphore de la logique capitaliste. Ce goût pour le symbolisme donne à l’œuvre une élégante froideur (même lorsque celle-ci glisse vers une fantasy à la Zelazny comme Les Faiseurs d’orages, 1984), qu’accentue une thématique plutôt sombre (Le Champ du rêveur, Grand Prix de la SF française 1984, est une inquiétante méditation sur le pouvoir de fascination que peut exercer la violence).

Déçu par le climat éditorial, Jean-Pierre Hubert va prendre un certain recul, après la parution de son recueil de nouvelles Roulette mousse (1987). Mais il ne chômera pas pour autant, car l’écriture, chez lui est vitale : il se tourne vers le spectacle vivant (avec son ami, le conteur et musicien Jean-Loup Baly), le scénario de court métrage pour la télévision et le théâtre.

Avec Le Bleu des mondes paru en 1997 (Vertige SF, Hachette Jeunesse), Jean-Pierre Hubert aborde les univers de la science-fiction jeunesse. C'est pour lui une révélation. Il y puise renouveau d’inspiration, optimisme et bonheur d’écriture. Il participe avec enthousiasme au lancement de la collection Autres Mondes  avec Les Cendres de Ligna (2000) et en deviendra l’un des plus solides piliers. Sa Majesté des clones (2002), audacieux hommage au chef-d’œuvre de William Golding, reçoit un excellent accueil critique et est sélectionné dans de nombreux prix. Postfacé par Gilles Servat, Les Sonneurs noirs (2004) est un hymne à la musique et à la danse, un vibrant appel à la solidarité et à la révolte, et une romantique histoire d’amour. Dans Sur les pistes de Scar (2005), Jean-Pierre Hubert dénonce avec rage l’indécence des rallyes du genre Paris-Dakar, mais met en valeur aussi les qualités de courage et de solidarité nécessaires pour survivre à un tel défi.

Jean-Pierre Hubert est aussi fidèlement au sommaire des anthologies Autres Mondes : Graines de Futurs (2000), Les Visages de l’humain (2001), Demain la Terre (2003) et Premiers Contacts (2005).

Dans le dossier que la revue Galaxies lui consacre en automne 2003, Jean-Pierre Hubert parlait ainsi de son travail pour la littérature jeunesse  en Autres Mondes : “ Mon vœu le plus cher est de continuer à écrire régulièrement dans cette veine. J’ai l’impression de m’adresser à l’enfant que j’étais, et puis je trouve dans Autres Mondes cet esprit d’équipe, cette tribu fraternelle que j’ai toujours cherché avec entêtement dans ce métier trop individualiste ”.
Hélas, le destin en a décidé autrement. Jean-Pierre Hubert nous a quittés au petit matin du lundi 1er mai.

Ce tableau serait totalement incomplet, si l’amour pour la musique et la danse traditionnelles de notre homme n’était pas ici fortement souligné. Joueur d’accordéon diatonique, d’épinette des Vosges et de flûte, Jean-Pierre était un grand amateur de fest-noz, de danses irlandaises et anciennes. Il animait des ateliers de danse dans sa grange, qui étaient aussi des forts moments de convivialité.

Car si Jipé aimait la danse et la musique trad’, il aimait avant tout les gens.

Denis Guiot, directeur de la collection Autres Mondes.
publicité
Pages liées :Les news 1001 à 1501
publicité
Bandes-annonces
Looper
Looper

Joseph Gordon-Levitt et Bruce Willis réunis comme on ne s'y attendait pas.

Frankenweenie
Frankenweenie

Le nouveau film d'animation de Tim Burton.

Dredd
Dredd

Le Juge Dredd est de retour !

Get Adobe Flash player
Accès rapide
Cinéma Télévision Littérature Jeux
Bilbo le Hobbit Game of Thrones Le Trône de Fer Dragon Age
(Le prélude du Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien) (Le Trône de Fer) (La saga de George R.R. Martin) (Le jeu de BioWare)
Les Vengeurs The Walking Dead La Roue du Temps Diablo 3
(Captain America, Thor, Iron Man, Hulk...) (D'après la série de comics de Robert Kirkman) (L'épopée de Robert Jordan) (Il n'y a pas que World of Warcraft chez Blizzard)
The Amazing Siper-Man Torchood Le Disque-Monde Assassin's Creed
(L'Homme-Araignée, nouvelle version) (Le spin-off de Doctor Who) (La série de Terry Pratchett) (Tout sur la franchise d'Ubisoft)
The Dark Knight Rises Camelot
(Le 3e Batman de Christopher Nolan) (Oubliez la série Merlin)
Conan le Barbare Spartacus : Blood and Sand
(D'après Robert E. Howard) (Sexe et sang chez les gladiateurs)
Harry Potter et les Reliques de la Mort
(D'après Joanne K. Rowling)
Twilight : Révélation
(D'après Stephenie Meyer)
Pirates des Caraïbes 4
(Jack Sparrow est de retour)